Electro

Otzeki, la force tranquille

Otzeki, la force tranquille

06 décembre 2018 | PAR Pierre Poughon

Une soirée magique attendait hier soir tous les fans d’Otzeki, pour un concert bien au dessus de toutes attentes.

Les deux cousins du sud de Londres font profiter le monde de leur calme musique depuis maintenant quatre ans. Variant entre rock (très) indé, dream pop, musique électronique et sons novateurs, les deux ont un répertoire varié. On leur devine un passionnel attrait pour la rythmique, extrêmement élaborée et variante. Depuis leur album, sorti cette année, et leurs différents EP (dont le dernier, de remix, vient de voir le jour), les deux jeunes hommes se sont fait un nom sur scène. Tournant à travers le monde, au delà des océans, ils sont ce genre de groupe sans forcément d’attache à un genre particulier, mais avec un son reconnaissable dès les premiers instants. À ne surtout pas confondre avec The XX (ils détestent), ils sont à écouter dès que l’envie de s’évader apparaît. Une bouffée d’air frais dans ce monde de brutes.

Honnêtement, mes attentes portaient sur un concert assez calme, plat. Mais, des fois, ça fait du bien d’avoir tort. Ce set, porté par le charisme des deux cousins, était pleins de surprises. Il s’avère que le chanteur/guitariste et son acolyte posté derrière son synthé, son pad et son ordi ont envoyé du pâté. Débordant parfois vers de la techno minimale, leur répertoire en live donne l’envie de danser, de profiter à fond. La voix du chanteur, complète tant il est capable des plus grandes envolées comme des plus beaux graves, est impressionnante. Sincèrement, ce concert était une surprise. On a même eu le droit à un bout de reprise de Where Did You Sleep Last Night de Nirvana. Bref, il faut être honnête, c’était impressionnant, dansant, rêvant et surprenant. Encore une fois, une bouffée d’air frais, une parenthèse de douceur, dans ce monde de brutes.

Petite exclu qui fait plaisir : un nouvel EP du groupe va sortir le 12 décembre ! Il sera composé de plusieurs remix des morceaux de leur album ! Hâte de l’écouter! Il va être génial, sans aucun doute.

LOVE, LOVE, LOVE De : Mike Bartlett Mise en scène : Nora Granovsky au Théâtre de Belleville
Sharp Objects : la noirceur incarnée
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *