Electro

[Interview] Chateau Marmont : « une invitation à la rêverie et au mystique »

[Interview] Chateau Marmont : « une invitation à la rêverie et au mystique »

23 mars 2015 | PAR Bastien Stisi

En deux ans, Chateau Marmont a réduis son groupe de moitié (de deux à quatre membres), a fait évoluer sa musique de manière radicale (de synthpop froide à house chamanique), et a élaboré un second album, sorti la semaine passée. Sound of Chambala paraît sur le label Chambre 404 (que le groupe a lancé en 2012), et sera présenté le 1er avril au Yoyo et aux côtés d’AlunaGeorge, de Rocky, de Jupiter et de Girls Girls Girls, à l’occasion des Nuits Claires, le premier festival organisé par le magazine Marie-Claire

Sept ans pour constituer votre premier album, et seulement deux ans pour constituer le second…comment expliquer cette différence ?

Chateau Marmont : Cela s’explique surtout par une liberté de choix artistique que l’on n’avait pas avant de devenir un duo. Les choses sont devenues plus fluides et de manière générale, on s’est beaucoup moins pris la tête.

Avez-vous créé ce second album dans le même studio des Buttes Chaumont, dans lequel vous aviez créé le précédent ?

C. M. : Pour cet album, on s’est installés dans un ancien studio de mastering dans le XVIIe, le décor 90’s et les moquettes bleues sur les murs nous ont sans doute influencé. Ça nous a changé de notre cave humide du XIXe.

Vous êtes passé en quelques mois de quatre à deux membres. Concrètement, qu’est-ce que ça change ?

C. M. : Comme on te disait au début, ça nous a donné une plus grande liberté. On avance beaucoup plus vite et on peut oser des trucs que l’on ne pouvait pas envisager quand on était quatre.

Le « shambala », dans la tradition hindo-bouddhiste, est un lieu au sein duquel réside le « bonheur paisible ». Est-ce la sensation que vous avez voulu créer avec ce second album ?

C. M. : C’est ce qu’on aimerait que les gens ressentent en écoutant l’album. Quelque chose d’agréable comme une caresse ou un canapé confortable, une sorte d’invitation à la rêverie et au mystique.

Est-ce aussi pour cela que l’album est beaucoup plus chaud que le précédent ? (c’est peu dire…)

C. M. : Les harmonies choisies ainsi que les sons de cet album sont beaucoup moins froids que dans The Maze, c’est vrai. Il y a beaucoup de subbass aussi, ça te prend au ventre quand tu montes le volume et ça, c’est ultra physique, limite ça peut t’exciter !

La grande nouveauté, c’est aussi l’apparition de nombreux collaborateurs vocaux sur l’album (Bent Van Looy, Alex Gopher)…

C. M. : Comme Guillaume n’est plus là pour assurer les parties vocales, on a dû faire appel à des featurings et ça nous a beaucoup plu, ça nous apporte toujours beaucoup de travailler avec d’autres personnes, on aime bien s’entourer de gens qu’on apprécie pour leur travail et leur personnalité.

Il y a aussi Stella Le Page, qui est hébergée sur votre label… 

C. M. : Ce qu’elle a fait sur « SomebodyElse » est magnifique, c’est une songwriter hors pair.

Vous n’arrêtez pas pour autant le chant, mais celui-ci est toujours exécuté avec l’aide des vocoder. Vous vous verriez, un jour, chanter sans déformation sonore ?

C. M. : On n’exclut jamais rien mais ça, ce ne sera pas pour tout de suite !

Je vous ai vu deux fois en concert. La première fois, à La Bellevilloise dans le cadre du H&M festival. vous étiez en quatuor, avec la batterie au centre de la scène. La seconde fois à la Maroquinerie pour le festival Gonzaï. Vous étiez deux. Cette fois-ci, scéniquement, ça va donner quoi ?

C. M. : Nous somme deux avec deux synthés chacun et un écran vidéo derrière nous. On a déjà testé la formule à la Boule Noire et cela a fonctionné à merveille.

Êtes-vous des lecteurs de Marie-Claire ? Et si non, le deviendrez-vous, selon vous, après cette première édition des Nuits Claires ?

C. M. : On le feuillette quand on peut, on prendra notre abonnement après le festival, c’est promis.

En concert au Yoyo le mercredi 1er avril.

Infos pratiques

La nouvelle seine
Festival Ptit Clap
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

One thought on “[Interview] Chateau Marmont : « une invitation à la rêverie et au mystique »”

Commentaire(s)

  • Giordano Nicole

    belles nuits!
    merci

    mars 30, 2015 at 19 h 57 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *