Musique

Domaine privé Patti Smith :du 17 au 22 janvier

Domaine privé Patti Smith :du 17 au 22 janvier

07 janvier 2011 | PAR Claire Linda

Lundi 17 janvier, 20h

Cité de la musique
Patti Smith: Dream of Life
Film de Steven Sebring
USA, 2008, 109 minutes.

Projection suivie d’une rencontre avec Patti Smith.

Mardi 18 janvier, 20h

Cité de la musique

Patti Smith’s Reading Lecture par Patti Smith de ses propres textes et de ceux de ses auteurs favoris : Rimbaud, Dylan, Genet, Camus, Burroughs, Ginsberg, …Pour l’occasion, elle sera accompagnée d’invités musiciens

Jeudi 20 janvier, 20h

Cité de la musique
Patti Smith Acoustic Trio

Pour ce concert à la Cité de la musique, la chanteuse a souhaité revenir à une formule dépouillée et intimiste : un trio acoustique,  pour laisser s’épanouir les infinis registres de sa voix.

Vendredi 21 janvier, 20h

Salle Pleyel

Hommage à Allen Ginsberg
Patti Smith, voix, guitare
Philip Glass, piano
Lenny Kaye, guitare

Patti Smith l’a rencontré à New York dans les années 1960. Quant à Philip Glass, c’est en 1988 qu’il fait sa connaissance dans une librairie de l’East Village, où ils décident aussitôt de travailler ensemble (Hydrogen Jukebox est né de cette collaboration). Allen Ginsberg (1926-1997), emblème de la beat generation, est l’auteur du grandiose poème en prose intitulé Howl (1955). Abordant la sexualité, les désillusions sociales américaines et les modifications de la conscience, la poésie de Ginsberg a fortement influencé l’émergence des idées hippies. C’est à cette voix tumultueuse et dérangeante que Patti Smith et Philip Glass rendront hommage.

Samedi 22 janvier, 20h
Salle Pleyel
Patti Smith joue « Horses »

L’aura de Patti Smith est déjà grande lorsqu’en 1975 paraît son premier album, Horses. La pythie du rock newyorkais ose alors le carambolage entre ses icônes de l’écrit (Rimbaud, Genet…) et celles du rock’n’roll (Van Morrison, les Who…). Un alliage typiquement new-yorkais qu’elle fait revivre à la Salle Pleyel. Album phare du punk alors naissant, produit par l’ex-Velvet Underground John Cale, Horses était porté par la furie électrique de la guitare de Lenny Kaye et celle de deux figures majeures du rock enrage : Tom Verlaine, leader culte des tout aussi culte Television, et Allen Lanier de Blue Öyster Cult.

A noter : aux Editions DENOËL le livre JUST KIDS de Patti Smith. Dans une fresque nostalgique et enivrante, la grande prêtresse du punk rock revient sur ses années de bohème dans le New York arty des années 70 et sur son amitié amoureuse avec Robert Mapplethorpe.

En attendant Les Femmes s’en mêlent le 20 Janvier au Divan du Monde
Robert De Niro président du jury au prochain Festival de Cannes
Claire Linda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *