Classique
Julia Fischer et l’Orchestre National de France plongent Radio France dans Mendelssohn et l’Italie

Julia Fischer et l’Orchestre National de France plongent Radio France dans Mendelssohn et l’Italie

21 octobre 2022 | PAR Yaël Hirsch

Cristian Macelaru a remplacé au pied levé Riccardo Muti pour diriger ce concert du 20 octobre, diffusé en direct sur France Musique à l’auditorium de Radio France. La violoniste allemande Julia Fischer interprétait le 2e concerto de Mendelssohn  (1844) et l’orchestre nous emmené à la découverte de Rome à travers deux symphonies de Bizet et Respighi. 

Mendelssohn, Fischer, la maturité

C’est donc avec un monument de la musique classique et du romantisme allemand et œuvre de maturité qu’a commencé la soirée. Avec la joie, pour le public français, d’entendre l’une des plus grandes solistes allemandes dans ce répertoire. Rayonnante dans sa robe-tube noire, Julia Fischer a débuté le premier mouvement « allegro molto appassionato » avec douceur. Techniquement, c’est bluffant et son jeu est posé, presque scandé avec un moment de lévitation où la musicienne joue seule, presque comme une partita. C’est Cristian Macelaru qui fait le lien avec l’orchestre, souple et solennel. Lorsqu’elle ne joue pas la violoniste écoute, avec attention et c’est seulement dans le deuxième mouvement, avec un rythme plus apaisé qu’elle se permet de montrer plus d’émotion, sans jamais tomber  dans l’émotivité. Enlevé, mais toujours racé, le troisième mouvement permet à l’orchestre de briller dans un bal brillant et quasi viennois. En bis de cette exécution parfaite et sans interruption d’une œuvre majeure, Julia Fischer donne le 13e Caprice de Paganini et reste sur la même note de maîtrise et d’absence d’effets inutiles. Elle est longuement applaudie et revient dans le public avec son instrument en main pour entendre la deuxième partie… 

Rome, ville des projections musicales

L’on ne quitte pas tout à fait l’Allemagne, avec la Symphonie Roma (1860) de George Bizet, œuvre de jeunesse qui devait mobiliser une ville italienne différente dans chacun de ses trois mouvements, mais qui reste fixée sur Rome. Or, la composition est bien plus inspirée du romantisme allemand que de l’Italie, ce qui fait qu’en venant de Mendelssohn, le public n’est pas tout à fait dépaysé. Les cuivres ont la part belle dans le début de cette symphonie d' »impressions », où la flutiste excelle et où les harpes ont leur moment de gloire. L’intensité monte jusqu’au dernier moment qui nous plonge dans un carnaval, quelque part entre Rome et Jérusalem. 

Beaucoup plus symboliste, les « Pins de Rome » de Ottorino Respighi (1924) nous plongent quartiers par quartiers dans une version quasi mystique de la ville aux 7 collines. Le premier mouvement dédié à la villa Borghèse est explosif. Et une fois toutes les couleurs lancées, les feux d’artifices retombent et se décomposent. Dans le deuxième mouvement, plus sombre, l’on entre dans les catacombes, puis l’on remonte sur le Janicule en toute conscience, avec un solo de clarinette qui éveille les sens, avant un final grandiose sur le chemin de la Via Appia. 

L’Orchestre National de France nous aura donc promenés dans l’Europe des 19e  et 20e siècles avec élégance et proposé d’effectuer cette promenade avec des œuvres moins connues aux côtés du monument de Mendelssohn. 

visuels (c) YH

Milo Rau face à la mort au Festival d’Automne
Offscreen : l’ovni élégant de la semaine d’art parisienne
Avatar photo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration