Chansons

L’Ultra Bal du 30 mai au Pan Piper, des guests formidables pour une soirée de danse et de fête

L’Ultra Bal du 30 mai au Pan Piper, des guests formidables pour une soirée de danse et de fête

31 mai 2014 | PAR Yaël Hirsch

Emballée par la session du 26 février dernier (voir notre article), Toute La Culture est retournée au Pan Piper ce 30 mai, à l’occasion de l’Ultra-Bal, bal musette génialement revisité par Alexis HK et Fixi. Grand moment de danse et de fête avec parmi les guests : Zaza Fournier, Winston McAnuff, Carmen Maria Vega et Flavia Coehlo…

Où peut-on danser de 20h à 23h avec de la musique live servie par l’avant-garde chanson et world de la scène parisienne? L’Ultra-bal parvient à concilier grande exigence musicale et totale cool attitude des musiciens et d’un public aux âges et aux origines divers.

Hier soir, vendredi 30 mai, pour la dernière de ce bal musette irrésistible avant l’été, c’est en deux temps que la fête a eu lieu, dans un Pan Pipper plein à craquer d’un public exultant de joie et de désir de danser. On a commencé sur une note folk et quasi blugrass avec la magnifique Zaza Fournier à l’accordéon et au chant, soutenue pour le premier par Fixi et pour la deuxième par Alexis HK. Une petite java et un tour de piste vers l’Afrique ont mis le feu aux poudres et deux par deux ou seuls face à la scène, tous les spectateurs se sont mis à danser.  L’ambiance n’ a fait que grimper, boostée par les remarques débonnaires de Alexis HK et la direction magistrale de Fixi. Au « Fais Moi mal, Johnny » repris énergiquement par Carmen Maria Vega, le public s’est mis à chanter et il exultait quand Alexandra Gatica a repris « Marcia Baila ». Un petit bal perdu, une reprise de « Couleur café » de Gainsbourg sur scène par la gagnante du concours organisé par le magazine Causette et il était déjà temps de chanter « Georges » (Brassens) et de laisser place à la belle Flavia Coehlo, robe fleurie et tout son monde récemment sorti en Cd (Mundo meu, Discograph). C’est elle qui a amené le bal à bon port faisant chanter le public au rythme du brésil et présentant tous les musiciens.
A 23h, un vendredi de fin de printemps, il était beaucoup trop tôt pour quitter la joyeuse troupe de l’Ultra-bal et le Pan Piper n’arrivait pas à faire sortir son public qui serait bien resté toute la nuit.

photos (c) Yaël Hirsch

« One on One » de Kim Ki-Duk en Ouverture de la Mostra de Venise
[Critique] « Tristesse Club », les douces séductions de la tristesse avec Vincent Macaigne, Laurent Lafitte et Ludivine Sagnier
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *