Chansons

Champs Elysées Festival : Rien ne s’oppose à Radio Elvis

Champs Elysées Festival : Rien ne s’oppose à Radio Elvis

15 juin 2018 | PAR Yaël Hirsch

En nous réjouissant d’avance des Showcases prévus sur le toit de la terrasse Publicis, nous avions interviewé les Radio Elvis. Leur concert – le premier depuis huit mois- Nous a fait danser, rire de pleurer. Magique !

C’est vers 23:00 que les spectateurs du Champs Elysées festival ont pu entendre les lauréats du prix révélations des Victoires de la Musique sur la scène mise en place quasiment au-dessus de l’Arc de Triomphe. La coordinatrice générale du Festival, Justine Lévêque a présenté les trois musicien et explique que c’est leur premier concert en huit mois. Une toute grande occasion. Le début est à la fois très rock et très mélancolique et la voix un peu grave et grasse de Pierre Guénard nous emporte immédiatement à la fois vers le spleen et vers l’idéal. Il parle de challenge de reprendre les concerts : « La tension est palpable mais c’est pour cela qu’on monte sur scène ». Il y a donc au menu des chansons que nous connaissons tous mais aussi de nouvelles compositions en exclusivité….

Vient le chagrin d’amour et la lueur des retrouvailles, puis sur un groove plus appuyé une balade de flâneur dans un New-York immense, que soulignent de très puissants solos de guitare. Amassé autour de la scène, le public commence à danser. Juste à temps pour saluer comme il se doit le tube un peu plus electro de leur dernier album Les Conquêtes : Solarium. Après une ballade quasiment au clavier/voix, il y a la référence à Ferré (« Ce garçon-là ») et puis la reprise en effervescence et en sensualité du « Osez Joséphine » de Bashung… Les Radio Elvis s’inscrivent avec leur fraîcheur dans une tradition de mots épais et de voix profondes. Le petit twist rock en plus. Un petit tour de « Caravansérail », par le Brésil puis sur un rythme très soutenu, une invitation à ralentir avec la chanson « Les Moissons” (Ola Ola Ola Tout doux ralentis un peu). Nous avons traversé minuit avec les Radio Elvis et sommes sortis à la fois énergiques et mélancoliques de ce très beau concert, tellement plein d’âme et de rythme, au sommet des Champs Elysées.

visuels : YH

Le Pygmalion de Rousseau et Benda ressuscité en musique et en dessins par Sandrine Revelet et Claire Gibault
“Boris Godounov” à l’Opéra Bastille : la solitude du pouvoir revisitée par Ivo Van Hove
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *