Chansons

La pianiste et chanteuse Anaïs Low nous raconte l’histoire de « Katina »

La pianiste et chanteuse Anaïs Low nous raconte l’histoire de « Katina »

07 juillet 2018 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Anaïs Low est une artiste aux triples origines : suisse, colombienne et japonaise. Passionnée par la littérature, elle s’est convertie à la musique par les encouragements de ses parents pianistes classiques. Toute La Culture vous propose de faire connaissance avec cette chanteuse talentueuse. 

Vous êtes une passionnée de littérature, ce sont vos parents qui vont ont initié à la musique ? 

Mes parents m’ont initie à l’art en général. Quand j’étais enfant, ils m’emmenaient voir des concerts, des expositions, du théâtre et de la danse. Mon père m’a donné des cours de piano classique dès l’âge de 4 ans.

Après être passée par la Suisse et la Colombie, comment avez-vous eu le coup de cœur pour Paris ? 

J’étais en Norvège avec une troupe de comédie musicale colombienne, j’en ai profité pour aller voit quelques amis colombiens qui se trouvaient à Paris. J’ai alors eu l’intuition qu’il fallait que j’y reste. J’ai passé l’audition pour entrer dans entrer dans l’école de jazz « American School of Modern Music » et j’ai été prise, pour moi c’était un signe, je ne suis plus repartie !

Comment en êtes-vous venue à signer chez Washi Washa ? 

J’ai participé au stage de structuration professionnelle au Studio des Variétés à Paris. J’y ai rencontré Olivier Bas qui est l’un des intervenants. C’est lui qui m’a présenté le label Washi Washa dont le bureau se trouve également au Studio des Variétés.

Quelle est l’histoire de la chanson « Katina » ? 

Je me trouvais dans un bar à Tokyo. On faisait la fête avec des amis quand soudain une très belle femme a fait son apparition. Tout le monde s’est retourné pour l’admirer. Après avoir bataillé avec la moitié des hommes dans le bar, c’est finalement un ami à moi qui l’a ramené chez lui. Il nous a avoué quelques semaines plus tard que Katina était en fait un homme.

Qui sont ceux qui ont contribué aux arrangements pour cette chanson ? 

Il existe deux versions de ce titre. La version qui accompagne le clip a été réalisée par Emmanuel Emo. L’autre version qui se trouve sur toutes les plateformes de téléchargement a été réalisée par Jean-Paul Gonnod.

Qui est-ce qui a contribué à la réalisation et au tournage du clip de Katina ? 

Il s’agit du collectif HomeWork basé à Clermont-Ferrand et le jeune réalisateur ViviWhat.

Comment définiriez-vous votre style de musique ? 

Mon titre « Katina » est clairement dans un esprit urban-pop, coud-rap. Ce qui n’est pas forcément le cas de mes autres titres. J’aime expérimenter divers styles de musique et en faire quelque chose qui me ressemble. Le fil conducteur étant ma voix et mes textes qui racontent toujours une histoire.

Qui sont vos influences musicales ? 

Je suis influencée par un grand nombre d’artistes. Ado, j’écoutais énormément de soul notamment Aretha Franklin, Lauryn Hill, Etta James, Marvin Gaye. Et beaucoup de rap Busta Rhymes, Snoop Dogg, Eminem. A présent j’écoute pas mal Santigold, Cardi B, Lorde, Mo, Arcade Fire, Melody Echo Chamber. C’est toujours très varié !

Pour finir, quels sont vos projets pour cette année ? 

Sortir d’autres titres, d’autres vidéos aussi et faire un maximum de concerts.

Katie Mitchell embourgeoise l' »Ariane à Naxos » de Strauss au Festival d’Aix-en-Provence
Rupture difficile et sadomasochisme fleuri aux Sujets à Vif
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *