Musique

Blues’ not Dead !

10 avril 2009 | PAR Martial

bluesfest

Blues’ not Dead ! Voici ce que pourrait être le slogan du 20ème festival Bluesfest qui se déroule depuis hier jusqu’au 13 avril à Byron Bay (Australie), le plus grand festival australien de musique  »Roots » et  »Blues ». A cette occasion, plus de 100 artistes se réunissent pour un show de 5 jours, avec quelques grosses têtes d’affiche, comme Ben Harper & Relentless 7, Ayo, ou encore Jason Mraz, mais la plupart des autres artistes présents sont très peu connus (voir pas du tout) du public français : de manière général, les artistes australiens s’exportent mal, et le Blues en général souffre d’une image un peu ringarde, vieillotte, dépassée, et a souvent été dénaturée (toute la musique que j’aimeuh, elle vient de là, elle vient du Blues…). Pourtant, la scène Blues se renouvelle et connaît un regain d’intérêt de la part du public. Ce festival est donc pour nous l’occasion de faire un petit tour de présentation du genre, et de certains de ses acteurs principaux du moment.

Depuis quelques années, la scène Blues mondiale se dynamise, et voit un grand nombre de nouveaux artistes émerger d’un peu partout sur le globe, mais on notera que la plupart d’entre eux viennent essentiellement des Etats-Unis (background historique), ou d’australie.

La scène typiquement Blues d’abord, voit certains de ses artistes gagner en notoriété, comme Eric Bibb (présent pour le festival), pour lequel le Times a écrit  »A voice to die for… » et dont le dernier album (Live at FIP) est sorti cette semaine. Arborant un chapeau à la manière des Bluesmen d’antant, Eric Bibb s’inscrit dans une lignée de Blues très traditionnelle : il enregistre la plupart de ses morceaux seul avec sa guitare, et il n’est pas rare qu’il reprenne des classiques du genre. Par ailleurs, il gagne à être vu en live, sa voix grave faisant vibrer le plancher sous vos pieds… Il n’est pas rare qu’il vienne jouer chez nous en France, où il fait généralement salle comble. Pour vous en donner un petit aperçu, voici la chanson  »Angels Singing », extrait du live at The Basement :

Eric Bibb, Painting Signs, Rhino, 5 mai 2004

Harry Manx est un autre Bluesman talentueux, plus folk, dont la maîtrise de la guitare est ahurissante. Ses mélodies, son sens du rythme et sa voix douce arrivent à vous emmener loin, très loin… Par moment, Harry Manx tend à fusionner Blues et musique indienne dans les tonalités et les gammes qu’il utilise ( »Death for Mercy »), à l’image des grands joueurs de sitare indiens. Musicien hors-pair, il maîtrise également l’harmonica et le banjo, et se paye même le luxe de reprendre Jimmy Hendrix ( »Voodoo Child »). Il a également enregistré un Live et un album avec Kevin Breit, autre guitariste bluesy. Son dernier album, Mantras for Madmen est sorti le mois dernier, mais il est un des grands absents du Bluesfest de Byron Bay, alors qu’il était présent à l’édition précédente. Pour le découvrir, voici le clip de  »Bring that Thing » tiré de son album Dog my Cat :

Harry Manx, Dog my Cat, Northern Blues, 26 septembre 2006

Plus Rock, et aussi beaucoup plus connu, Jack White (qui enregistre actuellement un nouvel album avec son nouveau groupe The Dead Weather) réussi le pari de fusionner Hard-Rock et Blues avec notamment Meg White (l’autre membre des White Stripes) et de remettre au goût du jour certains classiques du genre (par exemple,  »One more Cup of Coffee » sur l’album White Stripes est une reprise de Bob Dylan). Par ailleurs, il n’apparaît pas au Bluesfest de Byron Bay alors qu’il joue régulièrement à celui d’Ottawa. Et pour le plaisir des oreilles, voici un extrait du Live Under Blackpool Lights de 2004 et la chanson  »Ball & Biscuit » :

The White Stripes, Under Blackpool Lights, XL Recordings/Third Man Films, 7 décembre 2004

Toujours plus Rock, et présent au festival de Byron Bay, Dan Auerbach, le guitariste chanteur de The Black Keys, groupe de Blues/Rock très électrique présentera son premier album solo, intitulé Keep it Hid, sorti le 10 février. Après les 6 albums enregistrés avec Patrick Carney à la batterie, Dan Auerbach continue seul en incluant des éléments du psychédélique, de la country, et du gospel. Mais le résultat reste sensiblement le même… Pour découvrir le talent de Dan Auerbach, voici une session Live de  »I Got Mine », tirée de l’album Attack & Release :

The Black Keys, Attack & Release, V2 Cooperative Music, 1er avril 2008

La grande particularité du festival de Byron Bay est d’élargir le Blues à toutes ses sous-catégories, tout ses genres dérivés, parfois inclassifiables. Ainsi, le terme musique  »Roots » permet d’englober beaucoup de genres parfois très différents, allant de la Country (Kasey chambers & Shane Nicholson) au Folk/Blues (Paul Kelly, Seasick Steve) en passant par le Bluegrass (Ash Grunwald).

Ash Grunwald, dont le son (voir la démarche musicale), se rapproche de celui des Black Keys, nous offre une sorte de Bluegrass à laquelle on aurait ajouté une bonne dose d’électricité. En bref, il remet au goût au jour un style, le modernise, et nous produit ce Blues-Roots original, comme le prouve le clip de la chanson  »Breakout », tirée de l’album Fish Out of Water :

Ash Grunwald, Fish Out of Water, Delta Groove, Août 2008

La particularité des groupes australiens réside bien souvent dans un métissage entre musique Blues traditionnelle, folk, mais aussi parfois de rythmes tribaux (la Nouvelle-Zélande est juste à côté) et de musique indienne (Xavier Rudd). Ainsi, harmonicas, banjos, tablas et autres percussions sont utilisées. Ceci s’explique entre autres par la qualité technique de beaucoup des artistes de ce genre, pour lesquels l’utilisation de ces différents instruments, relève du défi. Beaucoup de ces groupes, à l’image du renversant et incroyable John Butler Trio, ou encore Ash Grunwald, sont le résultat d’une de cette synthèse improbable de genres et d’origines, remarquablement efficace et constructif sur le plan musical. Pour illustrer, voici un extrait du Live at Federation Square (Melbourne), le titre Gov’ did Nothin’ par The John Butler Trio :

The John Butler Trio, Live at Federation Square, jtv Live, 2 novembre 2007

De plus, à l’image de ce guitariste hors-pair qu’est John Butler dont la réputation le précède désormais , (la vidéo de  »Ocean » devrait suffire à vous convaincre), la plupart des artistes présents sur le festival sont de fins techniciens (Xavier Rudd, Dan Auerbach, Eric Bibb…) et s’amusent à nous le montrer, pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Et comme preuve à l’appui :

The John Butler Trio, Live at Federation Square, jtv Live, 2 novembre 2007

Xavier Rudd est un artiste relativement récent, mais déjà confirmé (il figure parmi les têtes d’affiche du Bluesfest). Musicien hors-pair, jouant à peu près de tout, possédant un style très particulier, il est de plus très productif puisqu’il a enregistré huit albums depuis 2002, et chacun possède une véritable finalité. Très peu connu en France, il n’en reste pas moins un artiste d’exception à découvrir très vite, voici une session live de son titre  »Stargaze », de son album White Moth :

Xavier Rudd, White Moth, Anticon, 4 Juin 2007

La présence du groupe The Waifs (Folk/Rock), régulièrement première partie du John Butler Trio aurait également été apprécié au festival, d’autant plus qu’ils sont australiens… Mais celle de l’américain Keb’ Mo‘ également, ayant remporté plusieurs Grammy Award du meilleur disque de Blues contemporain. Par ailleurs, sa reprise de la chanson de Johnny Cash  »Folsom Prison » sur un  »album hommage » est essentielle pour découvrir l’étendu du talent du monsieur, grande figure du Blues moderne :

Keb’ Mo’, Kindred Spirits: A Tribute to the Songs of Johnny Cash, Sony Records, 24 septembre 2002

Mais une fois de plus le festival promet son lot de surprises : un grand nombre d’artistes peu connus vont donner l’occasion de se faire connaître, même si parfois, leur style est très éloigné du Blues, leur présence est la bienvenue. C’est le cas, par exemple, de la jeune (25 ans) Missy Higgins, qui a déjà vendu plus d’un million d’album, mais qui reste plutôt mal connue en dehors d’Australie.

En espérant que ce petit tour d’horizon vous aura plu, c’est à dire les quelques artistes présentés et les grands absents de ce festival, sachez que d’autres artistes talentueux se succéderont sur la scène, mais la liste serait bien trop longue…

Site officiel du Byron Bay Bluesfest 2009 : www.bluesfest.com.au/

Combourieu Martial

Un petit tour de l’Italie dans les musées de Paris
Deezer out ?
Martial