Musique

Bashung et Gainsbourg au Théâtre Marigny ce soir

28 mars 2011 | PAR Alienor de Foucaud

Fnac.mix propose de replonger dans l’univers musical de deux monstres sacrés de la chanson française, Serge Gainsbourg et Alain Bashung. Une soirée construite autour d’un album mythique : « Play Blessures » (Universal) unique collaboration entre les deux génies des mots et du son.

 

Écrit par les deux journalistes et écrivains de rock Pierre Mikaïloff et Arnaud Viviant, et mis en musique par le compositeur et arrangeur Fred Lô et le groupe RoCoCo, ce spectacle raconte l’élaboration de « Play Blessures » sorti en 1982. Spécialement conçu pour Fnac.mix, ce récit prendra vie grâce à la lecture d’Irène Jacob et sera ponctué par des interprétations inédites de Joseph d’Anvers, Florent Marchet, Boris Bergman, Alain Chamfort, Axel Bauer, Barbara Carlotti entre autres. Fans absolus, collaborateurs ou complices de Gainsbourg et de Bashung, tous monteront sur la scène du Théâtre Marigny pour revisiter un album culte et remettre en perspective les parcours singuliers des deux géants.

Après les succès de « Gaby Oh Gaby » et « Vertige de l’amour », Bashung est mal à l’aise face à cette gloire qui lui tombe dessus. L’image de légèreté de ces deux tubes colle mal à la noirceur de son état d’esprit et à son désir de radicalité artistique. Il met alors un terme provisoire à sa collaboration avec son parolier Boris Bergman, et fait appel à Serge Gainsbourg. Accouché dans l’alcool, avec un Gainsbourg à la vie cirrhose, les deux dandys créent ensemble un opus de rock industriel urbain, du jamais entendu en France. S’inspirant du travail d’Alan Vega (leader de Suicide), Bashung pose les mots de l’homme à tête de chou dans le désordre, sur une trame musicale synthétique et apocalyptique.

Théâtre Marigny, Carré Marigny 75008 paris
01 53 96 70 30
Métro Champs-Elysées Clémenceau (ligne 13 et 1)

Bus 28. 32. 42. 73. 80, 93

http://www.theatremarigny.fr/fr/infos-pratiques/reservation/

réservations avec la Fnac: ici / 0 892 68 36 22

 

En plein quartier Latin, « Le labo de l’édition » accueille les jeunes entreprises en résidence
Chez Colette, la rayure marinière est dans tous ses états
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *