Jazz
Anne Paceo : L’été bat son plein avec le Nice Jazz Festival

Anne Paceo : L’été bat son plein avec le Nice Jazz Festival

08 avril 2022 | PAR Aurèle Poirier

Toute la culture a interviewé Anne Paceo à l’occasion de l’approche du Nice Jazz Festival, et de la sortie, en mars, de son dernier album S.H.A.M.A.N.E.S. L’opportunité de parler d’évolution, d’inspiration et d’accomplissement. 

Une musique hybride

Comment définissez-vous votre musique ?

Je dirai que c’est un mélange musical que j’affectionne. Rock, classique, pop, jazz… C’est une musique hybride que je ne saurai pas vraiment classer. Cela dépasse la catégorisation, c’est la diversité qui fait l’essence de ma musique. 

L’évènement de l’été 

Le Nice Jazz Festival s’annonce cet été du 15 au 19 juillet prochain. Comment vous préparez-vous à cet évènement ? Avez-vous déjà un projet ?

Je vais jouer la musique de mon nouveau disque : S.H.A.M.A.N.E.S. Pour ce qui est de la préparation, nous sommes en résidence à Sceaux, dans la salle Les Gémeaux. Nous sommes six sur scène : Isabel Sorling et Marion Rampal (voix), Christophe Panzani (saxophones, clarinette basse), Tony Paeleman (piano, piano électrique, synthétiseur), Benjamin Flament (métallophone, batterie), et moi… à la batterie, un peu à la voix et au kamele n’goni (instrument à cordes d’Afrique de l’Ouest de la famille des harpes). 

L’inspiration

Quelles sont vos sources d’inspiration ? 

Elles sont très diversifiées. Pour ce disque je me suis inspirée d’un peu tous les horizons… Pratiques vocales shamaniques en provenance de Sibérie, de Haïti et de Mongolie. Mais également de chants sacrés européens. S.H.A.M.A.N.E.S s’inspire de musiques cérémoniales du monde entier. 

Deux fois plus d’efforts  

Est-ce plus difficile en tant que femme d’obtenir de la reconnaissance dans le monde de la batterie et du jazz ? Avez-vous dû vous « battre » pour en arriver au stade d’aujourd’hui ? 

Je ne sais pas si c’est plus compliqué, mais j’ai le sentiment qu’il faut fournir deux fois plus d’efforts qu’un mec pour obtenir de la reconnaissance. Par exemple, j’ai l’impression d’avoir dû obtenir deux fois le prix d’artiste de l’année pour être considérée comme une artiste professionnelle. 

L’organisation

Comment s’effectue la formation des groupes ? 

Il y a une formation différente pour chaque album. Je fais appel à des musiciens différents. Il y en a qui s’en vont, d’autre qui restent, c’est variable. C’est très rare de retrouver exactement les mêmes artistes d’un album à l’autre. 

La motivation 

Auriez-vous une philosophie ? Un mot pour encourager les jeunes qui aimeraient se lancer, comme vous ? 

J’ai tendance à penser que la passion, l’envie, ne jamais perdre de vue ses rêves… Même si cela prend des mois, des années, l’accomplissement arrive un jour. Il faut y croire, bosser, se donner les moyens et ne pas hésiter à expérimenter. 

 

Evènements à venir 

Retrouvez Anne Paceo le 23 juin à la salle de spectacle La Cigale à Paris

© Affiche Nice Jazz Festival 2022

 

 

Agenda culturel du weekend du 9 avril
Still Corners à la Maroquinerie : retour en images sur un moment suspendu
Aurèle Poirier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture