Musique
« Allons de l’arrière » de Flav, Paris Violence, du punk, du style, de la mélancolie

« Allons de l’arrière » de Flav, Paris Violence, du punk, du style, de la mélancolie

27 janvier 2022 | PAR Olivia Leboyer

Le punk, c’est un cri, mais cette force brute peut aussi être très écrite. Depuis 1994, Paris Violence décrit des états d’âme mouvants, sans fard, dans la capitale ou en exil. Le dernier CD, Allons de l’arrière, propose littéralement un trajet, en train et sous un crâne, vers de mornes horizons, un grand nulle part ou un ailleurs. L’écoute est vivement recommandée.

Allons de l’arrière, l’injonction est désabusée mais ferme, quitte à aller quelque part, autant se donner une direction. Rauque, puissante, la voix de Flav charrie une forte dose de mélancolie, et pas mal de recul. En toute simplicité, pour remonter le temps, on monte dans un train à travers la plaine, « moins que Bashung, plutôt de jour« , et l’on se voit, dans un reflet ou vingt ans en arrière, « Rendez-moi mes vingt ans/ Rendez-moi ma jeunesse » (…) Offrez-moi le plus beau/ L’impossible présent/ Offrez-moi la ré-ver-si-bi-li-té du temps » scande-t-il en rythme avec les mouvements du train. Ce temps qui passe ou qui stagne, éveille ou éteint quelque chose, bifurque ou surprend (« Le temps n’est plus cyclique, Encore moins linéaire/ Il se gondole, hésite et coule sans repère« ). Dans la chanson « Nous sommes des conquérants », en 2007, il n’était pas encore question d’une réversibilité possible : « Mais quel voile est venu ternir / Notre vie d’un grand écran noir / Qui étend une nuit irréversible ?« 

Pas de nostalgie facile, mais des évocations d’un Paris perdu, en écho à d’autres renoncements (la chanson « Paris 6e, années 2010 » renvoie directement à « Paris 5e, années 1990 » de l’album La Tentation du Néant, 2007, avec la même mélodie, mais sur un tempo plus rapide, comme en fuite). « Souvenirs trop présents / D’un passé trop lointain / Le défilé des ans / N’efface à peu près rien (…) L’enfant qu’on a été / Le type que nous sommes / Face à face tous deux tomberaient dans les pommes » écrivait déjà Flav en 2007, dans la chanson « Les lieux de perdition ». D’un album à l’autre, la couleur change légèrement, l’inspiration vient tantôt de la littérature décadente d’un Huysmans (les albums En attendant l’apocalypse, ou Fleurs de névrose et d’éther), de l’attirance pour le vide et la mort (le titre La Tentation du néant évoque directement Cioran), d’un imaginaire martial (La dernière garde en 2001, Envoyez la légion! en 2006, « Guerre sur tous les fronts » en 2007), du Japon de Mishima (« Doki no Sakura », « Suicide »), ou bien des errances alcoolisées dans Paris.

Si les albums s’écoutent, ils se regardent aussi. Sur la pochette d’Allons de l’arrière (Alexis Bert), Chronos se modernise en TER dévorateur. Sur celle de La Tentation du Néant, c’est le romantisme de Caspar David Friedrich qui s’impose. Sur d’autres, Flav dessine lui-même, femmes nues lascives et embijoutées, ou Paris façon Tardi.

Entre deux rives, deux époques, deux ou trois vies et autant de morts, cette musique navigue avec un style et un orgueil inimitables. Du punk abattu, mélancolique, mais qui tient bon.

A découvrir absolument sur :
http://parisviolence.bandcamp.com/track/arriv-es-grandes-gares
www.parisviolence.com
facebook.com/parisviolence

Allons de l’arrière, Paris Violence, Flav: voix, guitare, chœurs, claviers; Yann: guitare, basse; Manu: guitare; Sylvain VdB: claviers, séquences, intros & outros; Emilien Puisset: batterie. Islika Produktions, fin 2021.

visuels: pochettes officielles de Paris Violence.

Khatia Buniatishvili à la Philharmonie de Paris : Un grand moment romantique.
Avec la Khovantchina, l’opéra russe en grande forme à l’Opéra National de Paris
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture