Musique
No Gods No Masters : le meilleur album de Garbage depuis 20 ans !

No Gods No Masters : le meilleur album de Garbage depuis 20 ans !

23 juillet 2021 | PAR Jean-Christophe Mary

Shirley Manson et Butch Vig signent leur grand retour discographique avec ce tout nouveau tout chaud No Gods No Masters.

 « I Think I’m Paranoid, Push It, Queer, Stupid Girl, Only Happy When It Rains… »

Vous souvenez-vous de l’époque où ces titres inondaient les radios du monde entier dans les 90’s ? Fondé par le producteur américain Butch Vig et la chanteuse écossaise Shirley Manson, ce quatuor faisait la une des magazines tandis que sa pop rock à base de grosses guitares et d’effets électroniques faisait danser les foules. Sans vouloir les comparer à The Clash, Garbage a connu un parcours un peu similaire. Si à la fin des 80’s, The Clash symbolise mieux que personne le mouvement punk, véritable révolution culturelle qui a détruit les clichés sur lesquels était alors bâtie la musique, au milieu des 90’s, Garbage est l’un des derniers groupe à avoir su donner au rock cette dimension insurrectionnelle avec un vrai engagement politique.

Après l’essor du rap, du hip-hop, de l’électro et du nu metal, les Garbage sonnent en 2021 comme ils sonnaient au milieu des 90’s. Décriant plus fort que jamais les injustices exponentielles dans un monde toujours plus chaotique, les piliers du rock alternatif US reviennent revitalisés et énervés plus que jamais. Voilà une musique brute, remplie de fureur et de passion, une musique autant faite pour les rockers nostalgiques que pour les afficionados d’électro rock indus. Si sur No Gods No Masters les arrangements sont conçus à partir de machines de samples et de bidouillages sonores, les titres vibrent et respirent comme des êtres faits de chair et de sang. Les chansons sont délivrées avec le cœur et les trippes à l’image de «The Men Who Rule the World » ou  « The Creeps », brulot électro rock particulièrement nerveux.

D’autres titres sont exaltés, comme sous haute tension électrique, tels le magistral « Godhead » électro indus à la forte signature Depeche Mode. Ici on assiste à un enchevêtrement de voix chuchotées  qui s’envolent haut dans les aigus derrière des basses électro qui pilonnent et des roulement de batteries syncopés. Une bande son où règne la folie électrique comme on l’entendait déjà sur leur premier album éponyme de 1995. « The Wolves » nous emmène en voyage dans la 3e dimension avec ces riffs de guitares rehaussés d’un armée de synthétiseurs fous. L’univers mystérieux du quatuor se métamorphose en une sorte de psychédélisme 2.0 où le son distordu des guitares fusionne avec les basses et les claviers pour se prendre dans une spirale vertigineuse dont il est impossible de sortir.

Des chansons comme « Uncomfortably Me » et «A Woman Destroyed» témoignent d’une esthétique architecturale sombre, si dark  qu’elle vous donne le vertige. Et puis on imagine déjà les futurs milliers de portables allumés sur le « Starman » de Bowie ou le « Because the night » de Patti Smith, autant de romances oniriques auxquelles le groupe apporte sa petite touche personnelle. Quand la voix inimitable aussi séduisante, imposante que menaçante de Shirley Manson monte vers les cimes, parfois poussée jusqu’au point de rupture, les titres entrent dans une sphère atmosphérique menaçante, pulsés à vive allure par des rythmiques électro industrielles absolument fascinantes.

Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas entendu ce mélange de force et de lyrisme dans une voix féminine. Cet album, leur meilleur depuis 20 ans est une véritable onde choc qui emporte tout sur son passage. Hâte de vérifier maintenant si ce bel équilibre tient aussi bien la route en live.

 

« No Gods No Masters » (Infectious/BMG)

  1. The Men Who Rule the World
  2. The Creeps
  3. Uncomfortably Me
  4. Wolves
  5. Waiting for God
  6. Godhead
  7. Anonymous XXX
  8. A Woman Destroyed
  9. Flipping the Bird
  10. No Gods No Masters
  11. This City Will Kill You

Bonus  

  1. No Horses Garbage 5:23
  2. Starman David Bowie     4:08
  3. Girls Talk (avec Brody Dalle) Garbage   3;34
  4. Because the Night (avec Screaming Females)
  5. On Fire Garbage   5:07
  6. The Chemicals (avec Brian Aubert) Garbage 4:20
  7. Destroying Angels (avec John Doe et Exene Cervenka)
  8. Time Will Destroy Everything

 

Visuel : pochette de l’album

Combattre le patriarcat avec l’album pop de Louisadonna
Avignon OFF : Les bonnes fêtent les morts à l’Etincelle
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture