Non classé
Live report: Rodolphe Burger chante The Velvet Underground le 26/05/2011

Live report: Rodolphe Burger chante The Velvet Underground le 26/05/2011

30 mai 2011 | PAR Moriane Morellec

Véritable hommage au groupe qui l’a inspiré à refaire de la musique, Rodolphe Burger, accompagné de six talentueux musiciens a enchanté Beaubourg au son des classiques du Velvet Underground.

C’est une sensation d’harmonie qui envahit le public à son entrée dans la grande salle du Centre George Pompidou; les lumières sont tamisées, la salle est embrumée et seul un faisceau de lumière éclaire le fond de la scène. Plus la salle se remplit, plus la fumée se dissipe et une table basse apparaît. Quatre personnes sont attablées, cigarettes à la bouche et bières à la main. Le public s’impatiente, commence à taper des mains pour appeler le groupe sur scène. C’est alors que Rodolphe Burger à la stature plus qu’imposante se lève en premier, attrape sa guitare, suivi de près de ses six musiciens : Julien Perraudeau (multi-instrumentaliste du groupe Diving With Andy), Arnaud Dieterlen (batteur de Miossec), Geoffrey Burton (guitariste de The Hong Kong dong), Joan Guillon (claviers et accordéon du groupe EZ3kiel ), Black Sifichi (photographe, poetry-reader, vidéaste et artiste-multimédia ) et Sarah Yu Zeebroek (chanteuse et guitariste de The Hong Kong Dong).

 

« We’re gonna have a Real Good Time Together » clame Rodolphe Burger dans la première chanson de cette soirée hommage au Velvet Underground, groupe mythique de rock mené par Lou Reed, dont les thèmes des textes (drogue, sado-masochisme, homosexualité) et la musique ont influencé des générations de musiciens (David Bowie, Dépêche Mode) ainsi que le punk-rock des années 1970.

L’acoustique de la Grande Salle est cristalline, les musiciens maîtrisant leurs instruments autant qu’ils sont en symbiose avec le lieu. Ils enchaînent avec un « Rock and Roll », toujours dans la veine des Velvet, interprétant les titres avec un formidable respect ‘french touch’ pour le groupe. La voix grave de Rodolphe Burger emplit la salle; il s’amuse même d’un parlé-chanté à la Lou Reed – style qu’il explore dans ses propres chansons et textes parlés.

Une poésie, un onirisme musical se dégage de l’endroit. Le jeu de lumières rajoute à l’expérience, scène éclairée tantôt d’un bleu électrique, tantôt d’un rouge sang. Rodolphe Burger, placé au centre de ses musiciens sur un tabouret qui lui permet de se retourner aisément, agit comme un chef d’orchestre, décidant d’une improvisation, rallongeant une mélodie au besoin, observant attentivement les réactions du public. Les classiques de Velvet Underground sont revisités et la formation éphémère enchaîne avec « Sunday Morning », « Sweet Jane » et « I’ll be your mirror ». Quelques interludes de l’artiste américain Black Sifichi viennent ponctuer le concert; il lit et vit des textes de fiction sur des mélodies de Burger, parfois tellement recouvertes par la musique que les mots disparaissent, parfois prenant tout leur sens quand les instruments se taisent.

« Rendre hommage au Velvet Underground aujourd’hui c’est pour moi faire un retour sur le moment où, il y a 30 ans exactement, j’ai décide de ‘refair e’ de la musique » explique Rodolphe Burger à propos de son choix de reprendre les titres du groupe, « j’ai découvert avec les Velvet que le rock n’était pas seulement une histoire de ‘teenagers’. Mais qu’il était peut-être l’art contemporain par excellence ». « Pale Blue Eyes », « Stephanie Says », « Venus in Furs » et « I’m Waiting for the Man » concluent le concert. Les musiciens vont boire une bière et fumer une cigarette sous les applaudissements de la salle, toujours à la table éclairée par le faisceau. Le public se lève, descend et danse devant la scène, tape des mains en rythme, se chauffe enfin, contaminé par la bonne humeur et le talents des chansons jouées. Un véritable hommage de Rodolphe Burger aux Velvet Underground, tout en détail, poésie et talent. De la musique à l’état pur.

Visuels: (c) Moriane Morellec

Le CSA interdit aux chaînes de citer Facebook et Twitter
Exposition Rachel Yedid, Préludes Féminins
Moriane Morellec

3 thoughts on “Live report: Rodolphe Burger chante The Velvet Underground le 26/05/2011”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *