Non classé
Les budgets de la culture revus à la baisse : les arts et les lettres français menacés ?

Les budgets de la culture revus à la baisse : les arts et les lettres français menacés ?

27 février 2012 | PAR Celeste Bronzetti

Après Italie et dernièrement la Hollande, la France aussi est touchée par des coupes importantes dans les budgets d’État alloués à la Culture.  La mission « Culture » en France perd 34,1 millions d’euros, dont 21,1 millions pour le programme Patrimoines et 9,4 millions pour la transmission des savoirs et la démocratisation culturelle. Jusqu’à aujourd’hui les héritiers des Lumières avaient résisté à la débâcle culturelle de la plupart des pays européens. Les acteurs de la culture française déplorent les promesses trahies du programme de politique culturelle du Gouvernement.

Le 24 janvier dernier le président de la République affirmait : « Nous considérons que les biens culturels sont des biens de première nécessité au même titre que l’eau que l’on boit, ou la nourriture dont on a besoin pour vivre. Nous considérons que tout homme, toute femme, tout être humain, a besoin au même titre que la nourriture de ces biens culturels. J’assume pleinement la singularité de la France en la matière » .

Dans le contexte économique actuel, le démenti ne tarde beaucoup à arriver et le monde culturel accuse le gouvernement d’hypocrisie: le Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles) et le Cipac (Fédération des professionnels de l’art contemporain) ont appelé, vendredi dernier, tous les salariés de la culture, artistes et techniciens à manifester contre le gel de 6% de crédit, le nouveau collectif budgétaire soumis au Parlement, et la hausse de la TVA qui va grever les budgets des structures. Les acteurs de la culture nationale ont protesté également contre la décision d’assigner aux Drac des régions moins dotées des sommes prélevées sur celles des régions les mieux dotées, ce qui comporterait pour Ile de France, la perte de 800 000 euros sur quatre ans. L’affluence des manifestants a été vive et énergique dans les principales villes de la France, tandis que le bruit qu’ils ont soulevé semble être insuffisant pour avoir des effets concrets imminents.

Parmi les réactions à remarquer, la région Ile-de-France a prévu de créer en 2012 un « fonds de soutien aux librairies indépendantes » , une catégorie particulièrement touchée par la hausse de la TVA (voir, à ce sujet, notre interview de l’éditrice Héloïse d’Ormesson), alors que ces libraires avaient déjà vu leurs ventes chuter de 3% en 2011 en raison de la crise. Du côté des véritables protagonistes du monde du spectacle, une idée originale à signaler , toujours en l’Ile de France, concerne le Théatre Paris-Villette, menacé par la perte des subventions toujours touchées de la part de la Ville de Paris. Elle repose sur la création d’ un site Internet, Lebaiserdelamatrice.fr , où l’on peut exprimer son soutien à condition de se tenir à une seule règle du jeu: se filmer en train de lire une page d’ A la recherche du temps perdu.

Il y a presque un an, en Italie, un personnage-symbole de la musique d’orchestre, partisan de la culture mondiale, faisait appel aux institutions culturelles pour qu’elles s’opposent aux coupes budgétaires à la culture: lors de la célébration des 150 ans de l’unité politique italienne Riccardo Muti répétait le Va pensiero de la célèbre opéra Nabucco de Verdi, en l’offrant à toute forme de résistance à l’ « homicide de la culture » qui était en train de se perpétrer, en Italie comme ailleurs, à travers les coupes irréversibles aux programmes culturels. Muti invitait le public du théâtre romain à s’unir au chœur, une invitation qui semble aujourd’hui être toujours plus d’actualité en France aussi.

Cinq Oscars pour The Artist
Dvd : Arletty interprète la révolutionnaire Madame Sans Gêne
Celeste Bronzetti

One thought on “Les budgets de la culture revus à la baisse : les arts et les lettres français menacés ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture