Jazz
Here It Is : Blue Note rend hommage à Leonard Cohen !

Here It Is : Blue Note rend hommage à Leonard Cohen !

17 novembre 2022 | PAR Jean-Christophe Mary

Aux côtés de Bob Dylan et de Paul Simon, Leonard Cohen est certainement l’un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus fascinants et les plus énigmatiques du XXe siècle. Soixante ans d’écriture poétique et de création musicale, interrompus par diverses explorations personnelles et créatives (scénariste, acteur, réalisateur, romancier), auront renforcé le mystère qui entoure cet artiste en quête du sublime. Après I’m Your Fan (1991) qui réunissait entre autres Nick Cave, les Pixies, R.E.M, Lloyd Cole, ce nouvel hommage souligne l’importance que Leonard Cohen a laissé dans la chanson contemporaine.    

Des années 1960 à nos jours : un artiste accompli et inimitable, des succès intemporels

Disparu le 7 novembre 2016 à Los Angeles, Leonard Cohen restera comme l’un des auteurs, compositeurs-interprètes les plus marquants et les plus estimés de la chanson. Sa disparition aura surpris et ému un large public qui va au-delà du cercle des nostalgiques des 60’s et 70’s. Ses premières chansons « Suzanne » et « Avalanche » extraites de ses premiers recueils de poésie (Flowers Of Hitler, Beautiful Losers Parasites of Heaven) auront marqué toute une génération 60’s. Considéré au départ comme un artiste austère, s’adressant à quelques fans intellos et initiés, Leonard Cohen est devenu au cours des années 1980 et 1990 beaucoup plus accessible, allant jusqu’à remplir de grandes arènes de 20 000 places partout à travers le monde. Un succès porté par « Hallelujah », certainement sa chanson la plus célèbre, devenue un immense standard, l’iceberg qui cache une œuvre profonde, d’où la lumière rejaillit à travers les blessures et les fêlures. Pas facile donc, voire périlleux que de s’attaquer au répertoire de ce monstre sacré.

Des voix remarquables lui rendent hommage

À l’exception d’Iggy Pop, dont la voix sonne comme raclée par des nuits de mauvais sommeil, de fumée et d’alcool sur « You Want It Darker », tous les artistes ici présents honorent de manière sobre et élégante l’univers mélancolique de Leonard Cohen. À commencer par les musiciens réunis par son ami Larry Klein pour ce projet jazz : des pointures comme Bill Frisell (guitare), Greg Leisz (guitare), Immanuel Wilkins (saxophone), Kevin Hays (piano), Larry Goldings (orgue) Scott Colley (basse) et Nate Smith (batterie). Le résultat, c’est cette toile sonore riche, douce et soyeuse, dans la veine des orchestrations fines et sophistiquées qui étaient la marque de fabrique de Leonard Cohen. Sur « Steer Your Way », Norah Jones joue de sa voix diaphane haut perchée et nous colle de sacrés frissons. En bon imitateur, diront les mauvaises langues, Peter Gabriel s’approche au plus près de la voix originelle du maître et son timbre baryton basse propulse une belle charge émotionnelle. En s’attaquant au monument « Hallelujah », Sarah McLachlan n’a pas choisi la facilité mais aborde le titre avec un soin particulier, tout en finesse et légèreté. Idem pour Gregory Porter qui donne une lecture pleine de retenue, tout en feeling au chef-d’œuvre « Suzanne ». On retiendra également deux sublimes versions instrumentales. Par une orchestration jazz langoureuse et sophistiquée, Immanuel Wilkins transcende « Avalanche », s’amuse avec les notes qui s’envolent en acrobaties aériennes, comme de véritables petites pirouettes sonores. Entre blues et jazz, le doux et harmonieux « Bird On The Wire » proposé par Bill Frisel propage lui un véritable sentiment de paix et de sérénité. Que vous soyez simple fan ou total addict de Leonard Cohen, votre plaisir grandira au fil des écoutes et des réécoutes. On parie ?

 

Here It Is : A Tribute to Leonard Cohen (Blue Note)

1     Steer Your Way (Norah Jones)

2     Here It Is (Peter Gabriel)

3     Suzanne (Gregory Porter)

4     Hallelujah (Sarah McLachlan)

5     Avalanche (Immanuel Wilkins)

6     Hey, That’s No Way To Say Goodbye (Luciana Souza)

7     Coming Back To You (James Taylor)

8     You Want It Darker (Iggy Pop)

9     If It Be Your Will (Mavis Staples)

10   Seems So Long Ago, Nancy (David Grey)

11   Famous Blue Raincoat (Nathaniel Rateliff)

12   Bird On The Wire (Bill Frisel)

 

Visuel : © Pochette de l’album

La Périchole donne le ton de la fête au TCE
Arts et Préhistoire : des choix intéressants
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration