Mangas
Woodstock t1 : quand la musique est bonne

Woodstock t1 : quand la musique est bonne

26 août 2013 | PAR Sandra Bernard

Woodstock-1-glenat

Glénat manga étoffe son catalogue déjà très riche avec Woodstock, une nouvelle série musicale écrite par Yukai Asada. Si les séries musicales ne sont pas les plus nombreuses, elles rencontrent généralement un large succès à l’image de Beck, de Nana, son pendant shôjo, ou, plus récemment de Nondame cantabile.

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, Woodstock se déroule dans le Tokyo actuel. Le festival mythique n’est présent que comme fil conducteur et idéal du personnage principal, le jeune Gaku Naruse. Jeune homme timide mais passionné, Gaku, qui est livreur le jour, assouvit sa passion pour la musique rock et punk le soir, avec le groupe Charlie qu’il a fondé. Créant des morceaux originaux et inspirés, Charlie commence à rencontrer le succès. Seulement, Charlie est un groupe fictif dont le seul membre est Gaku. Débute alors une drôle de danse entre Gaku, son groupe, ses fans et la presse. Comment faire pour continuer à faire vivre sa passion quand on est maladivement timide et que les fans sont de plus en plus présents. Que faire pour annoncer le « stratagème » sans causer de scandale? Et surtout, où trouver les membres talentueux qui pourraient donner chair à Charlie? Autant de questions que se pose Gaku.

Toutefois le destin semble lui être favorable. Dans son cadre professionnel, il rencontre Machida, musicien confirmé et fan de Charlie, qui devient rapidement son ami. Il fait également la connaissance de Shiina Niiyama, la gérante charismatique de la boite Boot boy où se bouscule la jeune scène rock tokyoïte. Cette dernière se révèle également une fan de Charlie et, bien vite, elle commence à se poser des questions sur le livreur mélomane mais timide qu’elle croise régulièrement.

Ce premier tome met en place tous les éléments d’une série classique sur la musique. Si le rêve de Gaku est loin d’être réalisé, le destin est en marche. Les personnages sont classiques pour ne pas dire clichés, mais l’auteur réussit, par ses nombreuses allusions à des groupes mythiques de la scène rock tels que The Sex Pistols, The Ramones, etc. à faire surgir un récit cohérent et passionné sur la musique rock. Si le rêve de Gaku est de créer un groupe de rock et de refaire un Woodstock, l’auteur insiste sur les efforts à accomplir et la passion nécessaire dans une époque bien loin des sixties. Des encarts inter chapitres reviennent sur des groupes mythiques ayant servi d’inspiration.

Graphiquement, c’est joli et nerveux bien que dépouillé, quoique quelques raccourcis soient un peu abrupts. Les personnages sont sympathiques (à l’exception de Go) et stylés.

L’auteur nous prouve une nouvelle fois que la musique est une langue universelle. Ce manga s’adresse aussi bien aux amateurs de rock et de punk old school qu’aux jeunes générations désireuses de s’y initier.

Page sur le site de l’éditeur VF

WOODSTOCK © Yukai ASADA 2008 / Shinchosha Publishing Co.

Informations pratiques :

Collection Seinen, Format : 130 mm x 180 mm, Façonnage : Souple, 192 pages, Nombre de tomes associés : 14 volumes (en cours), Editeur Japonais : Shinchosha, Paru en mai 2013, EAN : 9782723494021, ISBN : 978-2-7234-9402-1, Hachette: 4128658, Prix: 7.60 €

[Critique] « Before Midnight », Julie Delpy et Ethan Hawke conversent sur l’amour et la vie pour notre plus grand bonheur
Arrondir ses fins de mois à Paris de Françoise Lemoine-Monat
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *