Livres
Les Archives James Bond 007 : Une plongée dans la saga de l’agent secret le plus populaire de l’histoire du cinéma !

Les Archives James Bond 007 : Une plongée dans la saga de l’agent secret le plus populaire de l’histoire du cinéma !

19 janvier 2022 | PAR Jean-Christophe Mary

Dr No (1962) jusqu’à Mourir peut attendre (2021), sans oublier le parodique Casino Royale (1967) et Jamais plus jamais (1983) cet imposant pavé nous guide au fil la série James Bond.

Lorsque l’on évoque le nom de James Bond, vient tout de suite à l’esprit une certaine esthétique de l’image, une plongée captivante dans scènes d’actions rocambolesques et des répliques cultes à commencer par la plus célèbre prononcée par Sean Connery en 1962 : « My name is Bond, James Bond »  En rééditant ce livre incroyable, les éditions Taschen font un beau cadeau aux fans de l’agent 007. Avec son poids imposant de 6 kg, ce superbe livre-objet prend de la place sur une table basse ou dans votre bibliothèque. Mais il fallait bien ce volume imposant pour retracer en textes et en images 60 ans d’une œuvre filmographie riche et haletante. Ici chaque chapitre illustre un film avec l’affiche d’origine et commence par un bref résumé de l’histoire.

  

On découvre ici des croquis de décor, des story-boards et de documents de production, photos des coulisses mais aussi les commentaires des acteurs et actrices, évoquant le tournage des scènes, leur rôle dans le film. Des producteurs aux cascadeurs, des réalisateurs aux chefs décorateurs, 150 acteurs et membres des équipes de tournage, ces anecdotes personnelles racontent la vraie histoire de la série James Bond. L’ouvrage donne à voir le processus créatif qui donna naissance à des chefs d’œuvres cinématographiques tels « Casino Royale », « Jamais plus jamais » ou « Goldfinger ». Au fil des 1.007 images, on retrouve bien entendu la saga tournée dans de 2000 à 2021 avec Daniel Craig les éblouissants « Quantum of Solace », « Skyfall » et « Spectre » qui conclue magistralement cette quadrilogie, mais également « Casino Royale » tiré du premier roman de Ian Fleming consacré à James Bond, que les producteurs n’avaient jamais pu adapter pour une histoire de droits. On y découvre l’origine de 007 sous les trais de Daniel Craig à travers des scènes de cascades, de collisions impliquant avions, hélicoptères, bateaux et bien sûr la célèbre Aston Martin.

 Les amoureux des James bond originaux retrouveront avec plaisir Sean Connery qui fût le premier à incarner le mythique agent de cette longue saga dont les scénarios sont basés sur les romans de Ian Fleming. Les fans de Roger Moore se délecteront des photos des sept épisodes tournés entre 1972 et 1985. Gadgets improbables, voitures de rêve, filles superbes, décors vertigineux, images délicieusement seventies, tous les ingrédients sont réunis dans ces James Bond. On notera qu’à ce jour que Roger Moore reste le recordman pour avoir incarné le plus longtemps à l’écran l’agent de sa Gracieuse Majesté. Dans « GoldenEye, Demain ne meurt jamais, Le Monde ne suffit pas, Et Meurs un autre jour », Pierce Brosnan campe lui un James Bond plus proche de celui joué par Sean Connery.

On retrouve avec plaisir ce petit coté cynique du personnage, parfois dur et violant, doté de ces petits gadgets de qui font le charme de l’espion. La encore, courses poursuites haletantes, tel ce char dans « GoldenEye » ou cette course sur glace dans « Meurs un autre jours sont impeccables sans oublier là encore les interprètes féminines, aussi belles que courageuses. Cette édition mise à jour comprend des photographies exclusives et de nouvelles interviews de Daniel Craig, du réalisateur Cary Fukunaga, des producteurs Michael G. Wilson et Barbara Broccoli. Illustré de splendides photos pleine plage, ce livre reste une filmographie d’exception. Mise en scène, scénarios, acteurs, choix musicaux, génériques, tout est passé au crible pour découvrir l’incroyable saga James Bond comme vous ne l’avez jamais encore vu. Un must !

Jean-Christophe Mary

Relié, 41,1 x 30 cm, 6,65 kg, 648 pages

 

Gaspard Ulliel meurt subitement des suites d’un accident de ski
« La Abuela », un huis-clos angoissant de Paco Plaza
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture