Fictions

Shen Fuyu : « le village en cendres », L’histoire d’un village chinois.

Shen Fuyu : « le village en cendres », L’histoire d’un village chinois.

16 novembre 2018 | PAR Jean-Marie Chamouard

 Lors de ses retours au village et au fil de ses rencontres, Dayu, le narrateur, nous révèle le passé de sa famille et de son village. En passant par le village de Shen le lecteur fera un beau voyage dans l’histoire et la culture chinoises.

Le roman se déroule dans le village de Shen situé dans la province de Jiangsu près de Nankin. Le livre se déroule comme une suite de petites nouvelles volontiers tristes ou cruelles. Nous faisons ainsi connaissance des deux grands pères de Dayu, le narrateur, puis des habitants du village. Le grand père maternel est fabriquant de lanternes, il vit reclus à l’écart du village depuis sa désertion de l’armée populaire en 1940. Le grand père paternel est le charpentier du village chargé en particulier de fabriquer les cercueils mais il refusera de travailler pour la commune populaire à partir de 1958. Les villageois sont décrits par leur profession. Le maçon converti au christianisme fera scandale en s’opposant au culte des ancêtres. Le barbier est un héros de la résistance à l’envahisseur japonais. Le tailleur et le forgeron sont cadres du parti communiste dans le village à partir de 1944 : leur conflit s’exacerbe dans un contexte de répression politique et aura des conséquences tragiques. Le tailleur sera exécuté après dénonciation et le forgeron devra vivre dans la misère et la réprobation de tous. Le fils du tailleur, Minghu, sera discriminé à cause de son histoire familiale et entravé dans sa vie professionnelle et amoureuse. Le destin de la belle Xiaomei souligne la cruauté des fiançailles précoces et des mariages forcés en vigueur en Chine jusque dans les années soixante dix. Certaines anecdotes sont tendres ou cocasses comme celles concernant le vannier « amoureux » de son bœuf, Xiaomei qui a rossé son ravisseur ou le jardinier « faux tueur de chats ».Le livre se termine par la très belle histoire d’amour de deux vétérans de la guerre de Corée pour la belle Quinxiu .

Shen Fuyu l’auteur est né en 1970 et il est fils d’un instituteur et d’une paysanne. Il sera « mingong » ouvrier migrant puis journaliste et deviendra un écrivain très populaire en chine. Il nous dévoile peu à peu la vie du village de Shen à travers le 20ème siècle. L’histoire imprègne le récit avec des références à l’invasion japonaise, puis à la guerre civile mais aussi au « grand bond en avant », à la famine de 1959 et à la révolution culturelle. La culture traditionnelle chinoise est présente dans le livre avec de nombreuses références aux rites et coutumes, au culte des ancêtres et au Taoïsme. C’est aussi un éloge des métiers manuels parfois originaux et un livre sur le départ et l’exil.
« Le village en cendres » est le premier roman de l’auteur à être traduit en français. IL nous dévoile la Chine rurale à travers le temps avec un point de vue « de l’intérieur » entièrement chinois. Un tel regard est donc rare et précieux pour le lecteur français et fait tout l’intérêt du livre. Au-delà des références historiques le lecteur garde de nombreuses impressions toutes en nuances sur la vie quotidienne de ce village chinois.

Shen Fuyu, Le village en cendres, Albin Michel 283 pages, 20 Euros, sortie le 4 octobre 2018.

Anne Teresa de Keersmaeker, Louis Nam Le Van Ho et Alain Franco livrent leur Zeitigung 100% mecs au Festival d’Automne
Conférence : « Nourrir vos cellules » par Nurit Pollak aux Caves Joséphine le 23/11/2018
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *