Danse

Anne Teresa de Keersmaeker, Louis Nam Le Van Ho et Alain Franco livrent leur Zeitigung 100% mecs au Festival d’Automne

Anne Teresa de Keersmaeker, Louis Nam Le Van Ho et Alain Franco livrent leur Zeitigung 100% mecs au Festival d’Automne

16 novembre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis le mois de septembre les amoureux de danse contemporaine sont à la fête, puisque le festival d’automne nous offre un rattrapage sérieux de (presque) tous les spectacles d’Anne Teresa de Keersmaeker. Ce soir pour nous c’était la plongée dans la nouvelle « version » du testostéroné Zeitigung au Théâtre de la Ville.

Pourquoi mettre le mot « version » entre guillemets vous demandez-vous ? Et bien parce que ce spectacle créé le 9 novembre 2017 à Kaaitheater (Bruxelles) n’est pas vraiment une création, ni non plus une reprise. Zeitigung, pièce datant de 2008 a été comme restaurée par le jeune Louis Nam Le Van Ho qui y amène une touche plus libre mais dans une géométrie toujours magnifiquement établie.

Tout commence de façon assez radicale, comme d’habitude aurait-on envie de dire, mais il ne faut pas dire ça, il ne faut jamais dire ça, car la mission du Festival d’automne est également de présenter cette chorégraphe immense à des spectateurs qui ne la connaîtrait pas encore. Il y a donc cette étrangeté du mélange des publics entre les fans absolus et les bientôt fans absolus.

Reprenons, il y a un danseur seul,  il y a un piano seul sans pianiste, et ce danseur seul semble expérimenter le geste. Comme d’habitude, même s’il ne faut pas jamais dire ça, la tête et les bras emmènent le corps plus loin que personne d’autre.  Et déjà, les déphasages et les contresens qui sont la signature de la grammaire Rosas sont perceptibles. On va être présenté comme ça à toute la troupe de  ce spectacle 100 % mecs.  Lav Crncevic, José Paulo dos Santos, Bilal El Had, Frank Gizycki, Robin Haghi, Louis Nam Le Van Ho, Luka Švajda, Thomas Vantuycom, dans le désordre.

Il est assez impossible de raconter ce qui se passe ici tant les mouvements sont rapides, tant surtout ils sont fulgurants, inattendus et furtifs. C’est le choc tout le temps et Anne Teresa de Keersmaeker et Louis Nam Le Van Ho proposent, dans une virilité qui ne se cache pas, des portés sublimes qui n’ont rien d’académiques et des pas de deux tout aussi éblouissants où les torsions sont reines.

Entre-temps la musique est arrivée et entre-temps, les lignes ont été tracées non pas à la craie mais aux fils fluo. La musique qui était celle de 2008 se composait d’œuvres de Jean-Sébastien Bach, Arnold Schoenberg et Anton Webern. Louis Nam Le Van Ho a intégré une pièce romantique, le quatrième mouvement de la Quatrième symphonie de Brahms.

Au piano, Alain Franco est là comme il y a dix ans, et contrairement aux travaux purs d’Anne Teresa, ses notes ne seront pas en confrontation directe avec les gestes ici plus libérés. Les danseurs se regardent comme dans le jazz, ils se regardent tout le temps. Il s’attendent parfois. Plus la pièce avance plus elle devient démente. Les chorégraphes lâchent les huit hommes pour n’en garder qu’un ou deux, qui à chacun leur tour feront entrer dans leurs lignes et leurs cercles les autres qui ont réapparu. Il y a un peu plus de souplesse ici que dans l’oeuvre d’origine qui reste extrêmement présente.

Un exercice de style lumineux à voir impérativement, aussi pour une nouvelle fois rester bouche bée devant l’agilité et la puissance fine des interprètes.

Ce weekend le Festival d’Automne présente la dernière création de Anne Teresa de Keersmaeker, Mitten Wir Im Leben Sind Bach6Cellosuiten. Une merveille.

Visuel : Anne Teresa De Keersmaeker / Zeitigung © Anne Van Aerschot

Pascal Amoyel, pianiste, directeur du Festival Notes d’Automne : « La seule chose qui nous prive d’être dans la créativité est la volonté de se référer à tout prix à des codes »
Shen Fuyu : « le village en cendres », L’histoire d’un village chinois.
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *