Fictions
« Rhapsodie Française », Antoine Laurain improvise une jolie coupe sociale et amicale

« Rhapsodie Française », Antoine Laurain improvise une jolie coupe sociale et amicale

09 janvier 2016 | PAR Yaël Hirsch

Antoine Laurain nous avait séduits avec l’apparition présidentielle du Chapeau de Mitterrand (2012). Avec Rhapsodie Française il propose une lecture malicieuse des 30 dernières années françaises à travers le devenir de 5 personnages toujours en quête d’eux-mêmes. Une version plus solaire et plus chaton des cruelles évolutions dont parle Virgnie Despentes dans Vernon Subutex (lire notre article). 

[rating=3]

Un médecin d’une cinquantaine d’années à la vie rangée reçoit un jour un courrier datant de 30 ans. Ils ‘agit d’une lettre de réponse d’une maison de disque que la Poste avait égarée. A l’époque, avec les 4 autres personnages de son groupe de New Wave, il espérait la gloire. Elle avait gratté à sa porte mais il ne l’avait pas entendu frapper. Choqué, il se met donc en quête du fameux enregistrement et révèle les destinées les 4 autres du groupes : Bérengère, la chanteuse, a repris le relais et château de ses parents, JBM a produit l’album, Stan est devenu plasticien « public » le genre qui expose des grandes installations, Sébastien a fait fortune dans le net et fait uen campagne politique musclée. tandis que leurs trajectoires dessinent un certain portrait de la France,  certaines de leurs destinées se recroisent …

Joyeusement écrit, mené tambour battant, le roman de Antoine Laurain est définitivement sympathique et lumineux. On s’emmêle parfois un peu les pinceaux dans les flash-backs,  l’équilibre entre les personnages est un peu précaire et les rebondissements de la fin du livre sont un peu exagérés, mais dans l’ensemble on s’amuse, on se passionne, on s’identifie et l’on se moque gentillement des héros. On rit avec, Et ça fait drôlement du bien. Un roman facile à lire et à offrir sans modération.

Antoine Larain, Rhapsodie Française, Flammarion, 272 p., 19 euros. Sortie le 13 janvier 2016.

visuel : couverture du livre.

[Critique] « La Fille du patron » : chronique sociale avec un vrai sens du romanesque
[Critique] « Janis » d’Amy Berg, documentaire convenu sur Janis joplin
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture