Fictions
« Par une Espèce de Miracle », de Justine Augier

« Par une Espèce de Miracle », de Justine Augier

02 février 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

A travers le portrait de l’écrivain et résistant Yassin-Al- Haj Saleh, Justine Augier explore le régime et le conflit syriens. Elle s’intéresse également au sort des réfugiés syriens vivant en Allemagne.

Afin que la Syrie ne devienne pas une terre d’oubli, malgré la dictature et l’indifférence internationale. Pour combattre « l’horreur du renoncement après le tout est possible de la révolution ». Voilà pourquoi Justine Augier a écrit ce livre sur l’exil de Yassin Al –Haj Saleh. Il fait suite à « De l’Ardeur », consacré à Razan Zaitouneh, cette avocate et militante des droits de l’homme disparue à Douma en 2013. Justine Augier part pour Berlin pour documenter le recueil des plaintes des victimes du régime syrien. L’Allemagne soutient activement cette demande de justice, ce combat contre l’impunité. Elle retrouve Yassin Al –Haj Saleh. Un héros. Fils de paysan, lycéen et étudiant brillant il est arrêté en 1980 à Alep comme militant communiste et passera seize années en prison. Il a vécu la révolution de 2011 de l’intérieur, à Damas puis à Douma, avant de devoir en 2013, s’exiler en Turquie puis en Allemagne. Autodidacte, il va devenir un écrivain reconnu. Au cours des entretiens, avec Justine Augier, il parle de son amour pour Samira disparue, elle aussi, de sa longue expérience carcérale. Il témoigne de la souffrance, de la torture mais aussi comment il s’est construit en prison grâce à la lecture et à l’écriture. Il continue à écrire, avec acharnement, pour tenir, malgré la « perte de son monde », de son passé. Le récit s’attache au sort des réfugiés Syriens à Berlin « qui survivent ici en soutenant la révolution là bas ».Il évoque la culpabilité de l’exilé, la nécessité de pouvoir agir à nouveau, de ne pas s’enfermer dans le piège de la condition de victime. Mais la douleur de l’exilé est aussi celle de l’absence des proches, morts ou disparus. L’absence de sa femme est pour Yassin le fardeau le plus lourd et il témoignera de sa souffrance dans ses quinze lettres à Samira.

Après « De l’Ardeur » Justine Augier revient sur le drame Syrien. La Syrie est devenue l’affaire de tous mais elle s’attache à un aspect peu évoqué : le devenir des Syriens en dehors de la Syrie. Le récit entremêle l’analyse intellectuelle, les sensations, les émotions dans un travail d’écriture réussi. Le livre a une part autobiographique, l’auteur confiant ses convictions ses opinions, ses doutes. Les références littéraires et philosophiques sont nombreuses mais la lecture en reste aisée. L’auteur s’intéresse aussi à l’Allemagne et à la ville de Berlin avec ses lieux de mémoire et ses solidarités. Un hommage est rendu au geste d’ouverture d’Angéla Merkel qui a permis l’accueil de 800 000 réfugiés. Leur arrivée en 2015 reste un événement fondateur, « la première fois de ma vie que je me suis sentie fière d’être allemande », avoue une professeure d’Université. La Shoah, le procès de Nuremberg, l’œuvre d’Hannah Arendt servent de références pour mieux appréhender les crimes contre l’humanité du pouvoir syrien, « cet état de barbarie » et ceux de certains groupes islamiques. Le premier procès de dirigeants syriens en Allemagne en 2020 apparait à l’auteure « comme une espèce de miracle »
Dans ce récit captivant, Justine Augier a réalisé un magnifique portrait de résistant. Elle analyse en profondeur le totalitarisme syrien et place la quête de dignité au cœur du drame syrien, lors de la révolution, en prison ou en exil, donnant au texte une portée universelle.

Justine Augier, Par une espèce de miracle. L’exil de Yassin Al-Haj Saleh, Actes Sud, 335 pages, 21,80 euros, sortie en Janvier 2021.

visuel : couverture du livre

Patayo, exploration aux frontières de la bande dessinée
Les licornes pas très princesses de Pip Bird
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture