Fictions
Nabil Naoum : l’Eclipse et autres nouvelles

Nabil Naoum : l’Eclipse et autres nouvelles

03 septembre 2020 | PAR Jean-Marie Chamouard

Nabil Naoum est un romancier et nouvelliste égyptien. Il vit à Paris depuis 15 ans.  Ingénieur de formation et critique d’art, il se consacre à l’écriture depuis 1979. Dans ce recueil de nouvelles, il explore avec une grande sensibilité la relation amoureuse. 

Dans ce livre, Nabil Naoum invite le lecteur à une ballade dans Paris .Une ballade qui passe par six églises. Chaque église est le point de départ d’une courte histoire. Il s’agit souvent d’histoire d’amour : un amour perdu à Saint-Jean, un amour inassouvi à  Saint Nicolas. Les orgues de Saint Paul permettront la reviviscence d’un amour d’enfance. Au pied de Saint Sulpice aura lieu une douce rencontre amicale et dans l’église de Saint Eustache une rencontre onirique, mystérieuse. Le curé de Saint Médard est lui envahi par la crainte du vol des reliques de son église. Le livre se termine par cinq textes courts, parfois cruel  comme dans « l’Accord » parfois rempli de douceur et de compassion  dans « Le chat profondément endormi ».

Ces nouvelles sont remarquables par leur style. Elles ont été magnifiquement traduites de l’arabe par Luc Barbulesco. L’écriture est élégante, les longues phrases sont mélodieuses avec un rythme évoquant des arabesques apaisantes. Le lecteur retrouve au cœur de ces nouvelles la relation amoureuse  mais aussi la douceur, la tendresse, la sensualité. Ces histoires courtes sont bien construites, avec à chaque fois une surprise ou un moment de rupture, de basculement. La spiritualité est présente également avec la prière et aussi le surnaturel : la rencontre de Saint Sulpice est qualifiée de miraculeuse .Dans « l’éclipse », « la lumière bleue qui baigne toute chose » est une allégorie de la révélation divine. 

Ce court recueil de nouvelles pourra séduire le lecteur par la beauté de l’écriture de Nabil Naoum et par la grande sensibilité de ses textes. 

Nabil Naoum, L’Eclipse et autres nouvelles, traduit de l’arabe par Luc Barbulesco, Actes Sud, 93 pages, 13,8 Euros, sortie le 2 Septembre 2020.

 

Agenda des vernissages de la semaine du 3 septembre
« La petite dernière », première mélodie pour Fatima Daas
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *