Fictions

« L’énigme Elsa Weiss », portrait d’une survivante par Michal Ben-Naftali

« L’énigme Elsa Weiss », portrait d’une survivante par Michal Ben-Naftali

26 décembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Prix Sapir 2016 avec ce premier roman qui fait le portrait d’une survivante, la traductrice de Derrida, Blanchot et Kristeva, Michal Ben-Naftali est elle-même traduite en français par Rosie Pinhas-Delpuech. A découvrir chez Actes Sud dans la rentrée de janvier 2019. 

[rating=4]

Née en Hongrie, Elsa Blum est une jeune femme juive, sensuelle, intellectuelle, un brin avant-gardiste. Elle se marie néanmoins à Erik Weiss, membre de la tribu, pour faire plaisir à sa mère. Insouciante dans la Hongrie du début des années 1940, elle est déportée avec son mari à Bergen-Belsen quand la situation devient soudainement mortelle pour les juifs. Mais elle fait partie du « Train Kastner », du nom de l’homme d’affaire qui a acheté la vie de plus de mille juifs aux nazis en leur garantissant que leur temps à Bergen-Belsen ne soit qu’un passage. Si une de ses amies d’enfance meurt, elle et son mari survivent et se retrouvent en suisse, mais leur couple éclate. Elsa Weiss se rend en Israël où son frère a immigré avant la guerre et devient prof d’anglais. C’est dans cette fonction et toute entière attachée à cette fonction que la narratrice la rencontre. Juste avant son suicide 40 ans après l’épreuve en 1982…

Tout au long du livre, Michal Ben-Naftali avoue imaginer un portrait à partir d’un trou noir. Sans archives, sans famille, sans confidents, Elsa Weiss a réussi à se définir uniquement comme enseignante. Cette absence de « reste », de « vie », de « mémoire » face à la certitude d’un histoire aussi tragique que singulière,  ouvre le feu d’une écriture délicate, attentive et où l’imagination tente de palier ce que la Shoah a effacé, y compris dans l’après-guerre.  Un texte fin et original, où l’on se plonge par le biais d’une survivante dans l’histoire de ce train Kastner qui a valu procès pour collaboration et même assassinat en Israël en 1957 pour avoir sauvé plus de 1000 personnes. 

Michal Ben-Naftali, L’énigme Elsa Weiss, Actes Sud, trad. Rosie Pinhas-Delpuech, 208 p., 21 euros (15,99 euros en version numérique), sortie le 9 janvier 2018. 

visuel : couverture du livre 

« Les enténébrés » : La Rencontre amoureuse au plus proche des blessures du passé par Sarah Chiche
Le best of Livres 2018 de la rédaction de Toute La Culture
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *