Fictions

L’amour sur le tard de Michel Desbastilles : On n’est pas sérieux quand on a soixante ans

L’amour sur le tard de Michel Desbastilles : On n’est pas sérieux quand on a soixante ans

15 décembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Roman fin et ciselé, L’amour sur le tard fait le projet fou de suivre deux voisins qui approchent de la soixantaine et qui vivent une véritable histoire d’amour et de sexe. Un ovni réaliste malgré son projet fou et qui se lit d’une traite.
[rating =5]

A 69 ans et après des décennies de ménage bourgeois à Paris, Philippe divorce. Sans grand chagrin d’amour ou d’ego. Mais une fois seul, il se permet une remarque un peu plus leste auprès de sa voisine à une réunion de copropriété. Faussement timide et franchement jolie, Karin a presque son âge et un accent allemand un peu exotique. De déjeuners en mots d’esprits européens, ils se retrouvent seuls dans une chambre où les corps se parlent. Commence une liaison comme une autre, singulière et sensuelle où les deux amants célèbrent le plaisir et apprennent à apprivoiser le temps qui passe… Sans jamais le mater.

Très réaliste dans son projet de se concentrer sur les ébats d’un couple de quasi-septuagénaires, L’amour sur le tard décrit avec exactitude, lenteur et un brin de poésie cette rencontre érotique de l’automne. Décrit du point de vue masculin, le texte fait de Karin une muse un peu mystérieuse et l’on se passionne pour la cause du héros, espérant avec lui que la belle allemande se donne et en dise plus sur sa vie amoureuse. Las, de ses amants passés on saura peu de choses sinon qu’elle a développé avec eux une gourmandise que l’âge n’a pas entachée. Le texte est d’autant plus poignant et excitant qu’il ne fait pas l’économie des réalités des corps d’amants déjà grands-parents. Une réussite, toute en subtilité et en douceur, à lire pour soi ou à voix haute auprès d’un feu de cheminée cet hiver.

Michel Desbastilles, L’amour sur le tard, La Musardine, 16 euros, 144 p.
Visuel : couverture du livre

Le Best-Of Cinéma 2017 de la Rédaction 2 : Notre rétrospective idéale
« Versailles et la mode », l Beau-Livre à offrir à tous les fans de Dior et de Royauté
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *