Fictions
Gangrène, une histoire d’amour : le premier roman de L.-J. Wagner

Gangrène, une histoire d’amour : le premier roman de L.-J. Wagner

27 juillet 2020 | PAR Geraldine Elbaz

L.-J. Wagner, journaliste de formation, imprégné de théâtre, féru d’écriture, nous présente son premier roman publié aux éditions Souffles littéraires depuis le 23 juin 2020. Gangrène nous plonge dans une histoire d’amour originale et corrosive qui ne laissera personne indemne…

« Jusqu’ici je n’avais rien attrapé de grave. »

Ainsi commence cette anti-romance acerbe mettant en scène Chloé, jolie trentenaire au caractère bien trempé, hermétique aux affres de l’amour. Elle papillonne d’aventures en aventures sans jamais s’attacher : « L’amour est un antidote à la sagesse. »

Employée au rayon librairie d’une grande enseigne culturelle, en manque de reconnaissance professionnelle, la jeune femme assouvit ses pulsions au gré de rencontres sur son lieu de travail, dans le métro, dans la rue, jusqu’au jour où… Colin, enjôleur au sourire indéfectible, fait irruption dans sa vie. Le protocole de drague bien rôdé de notre protagoniste est chamboulé et la voilà gangrénée, comme dépossédée d’elle-même, prise au piège inexorable de l’attachement. Cette rencontre est-elle le fruit du hasard ? Peut-on vraiment s’affranchir de l’amour quand il frappe à la porte ?

De l’anesthésie jusqu’à l’amputation, le lecteur suit les méandres de la narratrice qui va peu à peu s’enliser dans des sentiments jusqu’alors inconnus. Du trouble à l’obsession, entre passion et manipulation, le roman explore avec ingéniosité les rouages de la perversion narcissique. De fil en aiguille, de rebondissements en rebondissements, vous vous laisserez happer par cette intrigue à la mécanique implacable et à l’écriture fluide.

« Si l’amour est une maladie, il est une gangrène qui vous dévore progressivement, vous décharne tout entier en vous arrachant chaque lambeau ; puis il vous digère. »

L.-J. Wagner, Gangrène, une histoire d’amour, Editions Souffles Littéraires, juin 2020, 242 pages, 16 €.
visuel : couverture du livre

Pete Davidson en loser irrécupérable dans The King of Staten Island
Agenda culturel de la semaine du 27 juillet
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *