Fictions
« Et même l’enfer c’est pas grand chose » : Bruno Lus dans la tête d’une adolescente rebelle

« Et même l’enfer c’est pas grand chose » : Bruno Lus dans la tête d’une adolescente rebelle

18 novembre 2021 | PAR Yaël Hirsch

Premier roman, Et même l’enfer c’est pas grand chose, de Bruno Lus, 26 ans, journaliste aux revues XXI et 6Mois est une plongée dans la vie dure, sauvage mais aussi très énergique de Lucie, 13 ans ...

A 13 ans, Lucie se bat sur tous les fronts : les cours, la cour de récré, sa vie qui change … Et tout bascule lorsque un des gars de son collège, Enzo, se venge d’elle parce qu’elle lui a refusé une faveur sexuelle en balançant un photomontage d’elle entrain de faire une fellation. Le rouge aux joues, la colère au ventre : elle lui fout une rouste devant tout le monde. Le père d’Enzo demande alors 1000 euros à la mère de Lucie, Juliette, pour ne pas les poursuivre en justice. Sa mère veut payer pour avoir la paix. Ecoeurée, Juliette se met en tête de rassembler cette somme elle-même, au détriment de sa vie de collégienne…

Un texte très vivant

Le roman commence au milieu de la honte et carrément dans la scène clé où Lucie frappe. Pas de temps mort, pas d’exposition, pas de temps pour cela dans Et même l’enfer c’est pas grand chose qui nous allie immédiatement à l’héroïne. La violence de cette sexualité imposée à une gamine, la question clé de la honte et la réputation se posent immédiatement. Ce n’est qu’après qu’on apprend qu’elle vit en banlieue, que ses parents sont séparés, que sa mère tire le diable par la queue et boit trop… Le langue que Bruno Lus emploie est à l’avenant : très orale, très figurée, elle semble provenir – même pour les sous-titres, voix off et descriptions- directement de l’adolescente.

Subtilités psychologiques et sociales

On a donc là un bel objet, très soucieux de rendre justice et de laisser toute la parole à son héroïne, avec un travail de documentation précis sur « les jeunes-filles » d’aujourd’hui, le milieu social où l’auteur fait évoluer Lucie et aussi ce monde dur dans lequel elle se lance pour payer une dette indue. Le résultat est un text brut, assez fort et très touchant.

Bruno Lus, Et même l’enfer c’est pas grand chose, Grasset, 224 p., 19 euros. Sortie le 13 octobre 2021.

visuel : couverture du livre.

Deux personnalités pianistiques au festival du musée Wurth à Erstein
Lumière noire
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture