Fictions
Dan Chaon, « Surtout rester éveillé »

Dan Chaon, « Surtout rester éveillé »

05 novembre 2014 | PAR La Rédaction

C’est un recueil de nouvelles qui a lancé la carrière d’écrivain de Dan Chaon en 2002, Parmi les Disparus. Après deux romans, l’auteur revient à son premier amour avec la publication de Surtout rester éveillé et ses 12 nouvelles haletantes.

[rating=4]

9782226259813g
Les nouvelles de Dan Chaon sont troublantes, l’ambiance pesante, voire angoissante proche du thriller. Si les vies des personnages ont l’air ordinaire de premier abord, elles basculent à la limite de la science fiction : mais n’est-ce pas simplement l’imagination de ces gens torturés par leurs questionnements intérieurs qui créent ces moments irréels ? Des histoires qui ont de quoi vous tenir en haleine jusqu’à la chute, intense, et qui souvent laisse des zones d’ombres sur le drame, comme pour laisser au lecteur la possibilité de déployer son imagination autour du mystère.

Dan Chaon confronte ses personnages a des situations tragiques et extrêmes : deuil, déchéance, abandon. Les protagonistes se retrouvent seuls face à leur condition, obligés de se confronter à leurs sentiments, parfois ingérables. Paumés, loin d’eux même, en prise avec des émotions contradictoires, ils s’interrogent et nous interrogent : comment affronter la mort d’un proche ? La maladie d’un enfant ? Comment aimer de la bonne façon ?
L’importance du couple ou plutôt de la séparation est omniprésente : divorcés, veufs, enfants abandonnés, la situation familiale et sentimentale des personnages est primordiale car c’est elle qui les conduit à ce sentiment d’abandon et de solitude. On ne peut se reposer sur personne, semble vouloir dire l’auteur, s’appuyer sur son prochain n’est pas une solution : c’est avec son soi intérieur qu’il faut régler ses problèmes.

Des nouvelles sombres, à suspens, mais qui dénotent également d’une certaine poésie. C’est l’inconscient des personnages qui mène le jeu, cet inconscient qui les révèlent à eux même en prenant différentes formes : des tronçons de souvenirs, des images, des voix… Toujours à la limite du fantastique et de la folie, ils nous dévoilent leurs pensées intérieures et leur tentative, souvent vaine, de comprendre le message du monde. Et à travers ces nouvelles, l’auteur nous délivre son message :
« Lecteur, ne me demande pas qui en cet instant précis te rêve.
Ne me demande pas quand tu vas mourir.
Ne me demande pas où l’or est enterré »

Cécile Lecan

Dan Chaon, Surtout rester éveillé, trad. Hélène Fournier, Editions Albin Michel, 299p., 22 euros, Novembre 2014.

La porte en fer forgé de l’ex-camp de concentration de Dachau volée
« Fugue en L mineure » à Belleville : une légèreté riche de sens, qui nous parle de féminité
La Rédaction

One thought on “Dan Chaon, « Surtout rester éveillé »”

Commentaire(s)

  • fournier

    Un grand merci à Cécile Lecan pour sa chronique sur les nouvelles de Dan Chaon dont je suis la traductrice.
    Elle a magnifiquement rendu l’atmosphère et le questionnement des personnages, leur fragilité, leurs peurs.

    Hélène Fournier

    novembre 6, 2014 at 9 h 39 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture