Essais
« Mon Islam, ma liberté » : le manifeste spirituel et puissant de l’imame Kahina Bahloul

« Mon Islam, ma liberté » : le manifeste spirituel et puissant de l’imame Kahina Bahloul

09 mai 2021 | PAR Yaël Hirsch

Première femme Imam de France et fondatrice de la Mosquée Fatima , Kahina Bahloulvient de publier chez Albin Michel Mon Islam, ma liberté. Un livre qui revient sur son parcours et aussi sur l’Islam qu’elle défend. Une lecture énergisante et qui donne de l’espoir. 

Un parcours personnel

« Mon père était musulman, ma grand-mère maternelle était juive polonaise et mon grand-père maternel français catholique ». Fruit de mélanges, portant un prénom berbère, Kahina Bahloul grandit en Algérie, où elle fait des études de droit  et souffre  beaucoup du raidissement religieux, avant de venir vivre en France. Elle  traverse une grande crise spirituelle à la mort de son père qui la rapproche de l’Islam, tout en demeurant elle-même. Son Islam est spirituel et soufi. Il s’oppose à l’Islam tel que l’Occident le perçoit aujourd’hui : »Une religion instrumentalisée par des idéologies politiques fondamentalistes et violente » (p.61).

Le « paradigme d’harmonie »

C’est cet Islam spirituel que l’Imame veut proposer comme Islam libéral aujourd’hui. Pour elle : « Le courant libéral ne pourra se construire qu’en dehors du paradigme hégémonique qui s’est imposé à un moment précis du Moyen Âge pour prendre en considération notre propre époque postmoderne. Il s’agit de lui substituer un autre paradigme, un « paradigme d’harmonie », avec pour objectif de pratiquer l’islam selon une double harmonie : harmonie avec le sens de la révélation coranique et du message muhammadien, mais aussi har- monie avec l’esprit de notre époque (ruh al-zaman). De ce point de vue, il n’y a pas d’opposition entre l’esprit du message islamique et la volonté de vivre ensemble, en toute justice et émancipation, sans rapport de domination entre les genres, les ethnies ou les religions » (p. 84).

Défense d’un Islam spirituel

Très claire sur certains point, par exemple, le refus du port du voile ( « je n’arrive pas à y voir un simple bout de tissu, ni un accessoire de mode. Il est à mes yeux trop entaché de sang, de haine et d’exclusion du genre féminin. L’idéologie qui l’a enfanté a tué trop de musulmanes et de musulmans et elle est sur le point de tuer l’islam dont elle est le pire dévoiement » (p.124), Kahina Bahloul nous défend une religion d’harmonie et spiritualité, évidemment séduisante. Elle nous propose de redécouvrir l’Islam, non pas par le cadre de son appartenance aux « familles de la République » comme les imams les plus modérés ont pu le faire, mais par sa spiritualité.

Pas besoin de montrer patte blanche ou de souligner les musulmans doivent respecter les lois de la République, puisque cette vision d’harmonie met l’accent sur la foi, pas la loi. Kahina Bahloul n’hésite d’ailleurs à partager sa tristesse après les propos du Président Macron sur l’Islam en crise…

Mon Islam, ma liberté est le manifeste limpide d’une femme importante.

Kahina Bahloul, Mon Islam, ma liberté, Albin Michel, 208 p., 19,90 euros, Sortie le 31 mars 2021.

visuel : couverture du livre

Les Outrenoir de Pierre Soulages à l’Opera Gallery
« Le bébégraphe » un an de vie de nourrisson confiné en infographies
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture