Essais
Mikaëla Le Meur et le mythe du recyclage déconstruit

Mikaëla Le Meur et le mythe du recyclage déconstruit

08 octobre 2021 | PAR Pierre Pouj

Dans un court essai sorti chez Premier Parallèle, Mikaëla Le Meur, anthropologue et autrice, s’attarde sur un petit village vietnamien transformé en une ville du plastique. Plus qu’un simple récit, ce livre s’attache à montrer les dessous de la mondialisation des déchets.

Écrit à la première personne, à cheval entre l’essai, le récit et le carnet de bord, ce « Carnet Parallèle » montre par un simple exemple l’industrie encore floue et méconnue des déchets. Où vont nos bouteilles plastiques, nos sacs, nos pots de yaourt, religieusement jeté.e.s dans la poubelle jaune ?

Mikaëla Le Meur, anthropologue enseignant à l’université d’Aix Marseille, aidée d’une étudiante-traductrice renommée Snow, prend pour exemple le petit village vietnamien de Minh Kai. Au travers d’entretiens et d’enquêtes, l’autrice délivre le récit de ce qu’est la mondialisation des déchets. A l’heure où de plus en plus de pays asiatiques se rebiffent, refusant ainsi de trier les mille et une tonnes de déchets que nous produisons chaque année, ce livre permet de comprendre le quotidien de ces travailleurs et travailleuses invisibilisé.e.s à l’autre bout du globe.

Sans forcément tomber dans la longue litanie de chiffres et pourcentages, l’autrice s’attache à expliquer les coulisses du tri du plastique, bien moins fameux que ce le greenwashing tente de nous vendre. En effet, au travers de logos plus ou moins abstraits, de publicités ventant des baskets issues du plastique des océans, de lobbying à outrance auprès des instances gouvernementales, la situation peut sembler sous contrôle. C’est en revenant sur du concret que l’on se rend compte de cette vaste supercherie.

Pour un cas déclinable à l’infini, nous voici mis devant le fait accompli. Notre système est en bout de route, la mondialisation des déchets en est un des symptômes les plus flagrants.

Mikaëla Le Meur – Le Mythe du Recyclage

8,50€, 144 pages

 

A retrouver ici

Dafné Kritharas : « Je ne peux m’empêcher de croiser différents styles et cultures »
Agenda du weekend du 8 octobre
Pierre Pouj

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture