Essais
« Le marketing de la peur » de Marie Hélène Westphalen

« Le marketing de la peur » de Marie Hélène Westphalen

13 décembre 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Serge Michels ingénieur agronome, et PDG du Groupe Protéines, et Marie Hélène Westphalen directrice de l’agence Palanquin, publient un ouvrage sur le marketing de la peur.

sans-titre

LES FRANÇAIS ONT PEUR

Les Français ont peur, peur de la nourriture qu’ils mangent, de l’air qu’ils respirent, de l’environnement, dans lequel ils évoluent.
Pesticides, aspartame, antennes relais, dioxines, parabènes, bisphénol… Envahissent la sphère publique et les débats sociétaux.
Ils préoccupent tout autant Monsieur tout le monde, que nos décideurs.

ÉMOTION COMME SCHÉMA DE PENSÉE
On impose au citoyen l’émotion comme schéma de pensée.
L’auteur décrypte les différentes stratégies des acteurs du marché de la peur, et dessine des solutions pour redéfinir l’entreprise de demain.
Il indique à chacun, homme politique, chef d’entreprise, agriculteur ou artisan, comment renouer le dialogue avec la société afin de redonner du sens au progrès et à ses activités.
Il y a l’avènement du micro-trottoir, qui pervertit tout.

À L’ORIGINE DE LA PEUR IL Y A LA DÉFIANCE

À l’origine des peurs françaises, il y a la défiance.
La dureté de la crise, installe une autre forme de défiance, la défiance horizontale vis-à-vis de l’autre.
La confiance dans la parole des gouvernants disparaît, et ainsi on a peur du monde qui nous entoure.
L’utilisation dépasse aujourd’hui le champ politique et envahit tous les débats sociétaux.
Il y a une confusion généralisée entre danger et risque.
Le danger c’est l’impact qu’un élément peut avoir sur la santé ou l’environnement.
Le risque, c’est le résultat de l’exposition à ce danger.
Notre époque a tendance à identifier des dangers et à les transformer en risque.
Il faudrait faire la pédagogie du progrès.
La peur se nourrit de l’ignorance.
Une société démocratique ne peut fonctionner, que sur la confiance.
Le marketing du danger est un danger, pour la démocratie.
Une étude originale, sur un sujet d’actualité, qui mérite d’être approfondi.

LE MARKETING DE LA PEUR Serge Michels, Marie Hélène Westphalen Editions Eyrolles 22 euros novembre 2014 202 PAGES.

[Critique] « Le Hobbit 3 La Bataille des Cinq Armées » : Peter Jackson conclut honorablement une franchise mythique
« En attendant Godot » par Laurent Vacher : joyeuse histoire de corps où rôde la mort
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

2 thoughts on “« Le marketing de la peur » de Marie Hélène Westphalen”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture