Essais

Le banquier du diable de Jean – François Bouchard

Le banquier du diable de Jean – François Bouchard

23 juin 2015 | PAR Jean-Paul Fourmont

Un haut fonctionnaire du FMI, Jean – François Bouchard publie l’histoire méconnue d’Hjalmar Schacht, le banquier d’Hitler.

LE BANQUIER DU DIABLE
Adolf Hitler lui doit son ascension au pouvoir.
En effet, Hitler le nomme en 1933, ministre de l’économie.
Grâce à lui, l’armée allemande est devenue l’armée la plus puissante du monde.
Il œuvre au service du nazisme et des odieuses persécutions antijuives.
Puis il conspire, car il cherche à prendre ses distances avec les nazis, et complote pour renverser Hitler, en représailles il est jeté dans un camp d’extermination, il survit miraculeusement.
Au tribunal de Nuremberg, les Russes exigent sa tête, il est acquitté.
Après guerre, il devient le conseiller des pays non alignés.
Il aura un parcours hors du commun, et décédera dans son lit à 93 ans, sous le chancelier Willy Brandt.

IL SAUVE L’ALLEMAGNE DE LA RUINE A TROIS REPRISES
Enfant issu d’un milieu modeste, élevé sévèrement dans les quartiers populaires du port de l’Elbe, brillant à l’école, mais aussi moqué, par ses camarades, il développe une personnalité distante, hautaine, arrogance.
Il consacre sa thèse au mercantilisme, et devient commissaire à la monnaie de la république de Weimar en 1923.

IL CRÉE UNE MONNAIE DE TRANSITION, LE RENTENMARK
Schacht réduit l’inflation et stabilise le mark grâce à une idée miraculeuse : la création d’une monnaie de transition, le Rentenmark couvert, par des hypothèques.
Il réussit à sauver la situation, et devient très populaire, et devient président de la Reichsbank, et ne cherche pas restaurer l’équilibre des finances publiques, et adopte au contraire une politique économique proche du new deal (lancement de grands travaux), et restriction des importations aux seules matières premières nécessaires.

RAPPROCHEMENT AVEC LA SITUATION ÉCONOMIQUE ACTUELLE
L’auteur économiste de formation, constate que c’est la fin du chômage qui sera, pour l’Allemagne d’Hitler un facteur de stabilisation sociale et de consolidation du pouvoir en place.
L’auteur qui travaille au FMI, compare la situation de l’Allemagne en 1932, et celle de la France actuelle.
Selon lui l’Europe hantée, par le spectre de l’hyperinflation commet une grave erreur en s’obstinant dans la voie, sans issue pour résorber le chômage, de l’austérité.

Bien sûr, il y a eu d’autres économistes célèbres, mais c’est l’un des rares, à avoir mis en œuvre ses théories, qui ont fonctionné.
Ses grands succès sont : la stabilisation monétaire, la renégociation de la dette, la lutte contre le chômage.
Il a coupé le robinet des spéculateurs, alors qu’aujourd’hui on cherche, à tout prix à sauver les banques, et il a lutté avec succès contre le chômage.
L’auteur consacre à la fin de sa biographie, une comparaison, avec la situation de la France, où le chômage ne fait que croître.
C’est un livre original et novateur, dans sa structure qui s’ouvre en conclusion, sur la situation économique actuelle et propose des solutions.
Il réconcilie l’histoire, avec le monde actuel, et démontre l’intérêt pour la nouvelle génération de connaître l’histoire (contrairement au choix du ministre de l’éducation actuel).
L’auteur a travaillé à l’intégration dans l’union européenne des anciens pays du bloc de l’est, comme la Roumanie où il a été conseiller auprès de la Banque Nationale de Roumanie.

Le BANQUIER DU DIABLE. Jean-François Bouchard, mars 2015,271 PAGES, 18,90 euros

Visuel : Max Milo

La « Pride de Nuit » s’installe à Paris
Le New York Times quitte Paris pour Londres
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *