Essais
« Jacques Higelin, devenir autre » : éloge de la création de soi par Antoine Couder

« Jacques Higelin, devenir autre » : éloge de la création de soi par Antoine Couder

26 septembre 2022 | PAR Yaël Hirsch

Après Les fantômes de la renommée et une série pour France Culture sur Jacques Higelin, Antoine Couder dédie un livre très documenté et très littéraire au papa d’ Arthur H, Kên et Izia Higelin. Portrait flamboyant d’un musicien à la fois monstre sacré et à la fois trop peu connu qui nous a quittés en 2018. 

Une vie à 100 à l’heure 

Tout commence comme un roman un peu triste, tout commence par la fin : Higelin qui perd la mémoire a néanmoins le cran de laisser Sandrine Bonnaire s’approcher de lui, de leur rencontre nait le bouleversant documentaire « Ce que le temps a donné à l’homme ». Point de regret, donc, point de mea culpa, mais la force de se montrer, même faible, même très affaibli. Après cet incipit saisissant, l’essai d’Antoine Couder rejoint un fil plus classique : une biographie chronologique et très référencée, qui raconte, de Chelles aux plus grandes scènes internationales, la vie résolument rock de Jacques Higelin :  femmes multiples, trois enfants hyper doués, il se place aux croisement de nombreuses influences musicales pour se recréer à chaque instant. Il marque et est marqué aussi bien par David Bowie que par Brigitte Fontaine et, un temps, il y a le risque que sa créativité parle plus aux artistes qu’au grand public… 

Un artiste qui brise les frontières entre les disciplines

D’Higelin, qu’il admire énormément, Antoine Couder nous livre l’énergie folle et le courage mais aussi les zones d’ombres : la traversée du désert des années 1980, les doutes, les difficultés pour la famille très recomposée tout au long de sa vie très occupée de créer. Il nous décrit également un artiste au sens plein du terme : capable de se donner complètement sur scène avec un raffinement unique (mise en scène du mythique Champagne en 1979  avec Jérôme  Savary), Higelin commence – on nous le rappelle- comme acteur, avant de se tourner vers le rock. Il y a aussi l’auteur qui fait aussi le show sur la plateau d’Apostrophe. Alors qu’il peut rendre hommage à Trenet avec qui il chante à Bourges et à qui il dédie un spectacle, Higelin est aussi un artiste de son temps, « engagé » à gauche toute, notamment pendant mai 68. 

L’on ressort de la lecture de cette biographie fine avec une image beaucoup plus précise d’Higelin : avec à la fois l’envie d’aller réécouter BBH75 et Beaurepaire, mais aussi avec l’impression de mieux connaître l’homme, complexe, et résolument toujours en réinvention, peu importe le prix pour lui et les siens. 

Antoine Couder, Jacques Higelin, Devenir autre, Castor astral, 336 p., 20 euros. 

Visuel (c) Couverture du livre

 

Oskar Kokoschka, l’inconnu du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Situation en Iran : une journaliste emprisonnée et l’appel à l’aide d’un cinéaste
Avatar photo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration