Essais
« Internet, l’illusion démocratique », le groupe Ippolita met en garde contre les fantasmes de démocratie directe

« Internet, l’illusion démocratique », le groupe Ippolita met en garde contre les fantasmes de démocratie directe

11 novembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Créé en Italie en 2004, le groupe Ippolita surveille au prisme du politique les aléas de la disruption numérique. Dans leur nouvel opus, qui sort le 13 novembre à La Différence, les membre du groupe publient un nouvel ouvrage qui met en garde contre les fantasmes de démocratie directe via « Internet ».

[rating=2]

Après nous avoir mis en garde contre Facebook et Google, le collectif Ippolita zoome en arrière et dépasse les GAFA pour nous mettre en garde contre nos propres illusions. Ecrit -comme tous leur textes- de manière collective, collaborative et non-hiérarchique Internet L’illusion démocratique met (à nouveau) en garde contre les aspects totalisants – voire totalitaires du crowdsourcing issue de la libre. Les auteurs passe une première moitié du livre à nous rappeler qu’ils avaient titré la sonnette d’alarme très tôt sur le fait de confier nos informations personnelle.

Avant de revenir à une distinction nette entre l’outil (internet) et le système (le web) et dénonce la manière dont le Web 2.0 est perçu comme un « Graal » par certains citoyens en quête de plus de démocratie. Avec l’exemple très concret du Mouvement italien 5 étoiles, porté par le comique Beppe Grillo mais soutenu en soubassement par le spécialiste de e-marketing Gianroberto Casaleggio, ils démontrent que populisme liberticide et Web peuvent faire très bon ménage. Un raisonnement également vrai pour les Indignés ou même, dans une certaine mesure Nuit Debout et qui est bien expliqué en postface par l’éclairant Ber,ard Stiegler reprenant le concept de Pharmakon à Jacque Derrida : le Web est à la fois un poison et un contrepoison. A nous d’être attentif et prendre soin de la démocratie en ne cédant ni à la paranoïa, ni à l’extase : l’esprit critique et la raison des Lumières doit survivre aux bouleversements texhnologiques que civilisationnels que nous traversons.

Au final, rien de très neuf donc, dans ce manifeste très général qui a les avantages de se défauts : il est accessible au grand public (bien qu’elliptique sur certaines questions, notamment la généalogie du libéralisme et de l’open source), court et le sidées sont assez simples à accepter.

Ps: Au 11 novembre 2016, si le site web d’Ippolita pouvait fonctionner on serait rassuré pour la vie du collectif.

Ippolita, Internet, l’Illusion Démocratique, trad. Vivien Garcia, Postface Bernard Stiegler, 175 p. Sortie le 13 novembre 2016.
visuel : couvrture du livre

Sombre, post-punk, jouissif, sauvage: STEAM ou le meilleur du Cirque Electrique
Election de Donald Trump : les dessinateurs réagissent en caricatures
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *