Essais
Delphine Horvilleur publie « Vivre avec nos morts » pour nous aider à vivre

Delphine Horvilleur publie « Vivre avec nos morts » pour nous aider à vivre

07 mars 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

La nature fondamentale du sujet oblige à l’ambition d’en écrire un essai tout aussi  fondamental ; notre attente est immense ; notre plainte est multiple et notre imploration capricieuse adressée à la rabbine qui doit nous dévoiler le secret biblique de la mort.

Dans En tenue d’Ève, Delphine Horvilleur abordait le mystère du féminin, dans Comment les rabbins font les enfants la question de la sexualité au sein de la religion. Puis vint Réflexion sur l’antisémitisme. Aujourd’hui sort le nouvel opus de Delphine Horvilleur, rabbin de Judaïsme en Mouvement et rédactrice en chef de la revue Tenoua’. Elle aborde  dans cet essai la question cardinale de la mort.

Un livre sur nos morts

En tant que ministre du culte, elle explique : « Tant de fois je me suis tenue avec des mourants et avec leurs familles. Tant de fois j’ai pris la parole à des enterrements, puis entendu les hommages de fils et de filles endeuillés, de parents dévastés, de conjoints détruits, d’amis anéantis…  » À l’ouverture du nouveau livre de Delphine Horvilleur nous traverse l’espoir secret qu’une consolation viendra, que l’autrice  qui semble savoir nous révèlera l’énigme du deuil et de sa douleur, que la talmudiste restituera en mots, l’indicible et prétera son esprit au nôtre perdu dans les méandres des absences, des maladies longues et malignes, des accidents meurtriers, des comas qui finissent mal.

Un recueil empathique de paroles reçues

Nous pensions accueillir la parole de la rabbine, suivre un cours de philosophie et de théologie. Or c’est elle qui nous accueille. La mesure de notre déception fait retour du ravissement à entendre les paroles d’endeuillés accueillies par la rabbine. Le livre vibre d’une écoute intelligente, empathique, et pleine enrichie d’une érudition talmudique, littéraire, cinématographique, philosophique et aussi et surtout d’une humanité sans arrogance qui ose sans pudeur nous inviter à un cheminement intime au sein de sa pensée.

Méditation sur des disparus chers et inspirants

Delphine Horvilleur écoute et médite. À travers onze chapitres, elle observe et raconte les vies interrompues (célèbres ou anonymes), donne son sens à chaque départ à travers telle ou telle exégèse des textes sacrés, évoque aussi une blessure ou la remémoration d’un épisode autobiographique. La rabbine écoute et élabore sa pensée empruntant à une tradition juive qui l’édifie. La plume s’est affinée au long des différents ouvrages tandis que nous retrouvons son humour, son attachement à l’Alsace de son enfance, à la laïcité et à son sionisme. Avec un plaisir renouvelé, nous retrouvons cette habitude juive de négocier avec son dieu, un dieu qui lit Charlie et en rit. Chemin faisant, nous croisons Simone Veil, Marceline Loridan, Isaac Rabin, Moïse et Caïn, ricochons sur la Shoah. Insidieusement se démasque une vision où nous vivons, optimistes, entourés de fantômes bienveillants au sein d’un monde où nous deviendrons nous-mêmes des fantômes après avoir préparé de notre vivant les générations suivantes.

« Les juifs affirment qu’ils ne savent pas ce qu’il y a après notre mort. Mais ils pourraient le formuler autrement : après notre mort il y a ce que nous ne savons pas ;  il y a ce qui ne nous a pas encore été révélé et ce que d’autres en feront et raconteront mieux que nous, parce que nous avons été ».

Peut-être. Reste une pensée précieuse à découvrir avec gourmandise pour ensuite élaborer soi-même.

 

Delphine Horvilleur, Vivre avec nos morts, Grasset, 234 p., 19,50 euros. 

visuel : couverture du livre

 

 

Berlinale 2021, les Prix de la Compétition : Ours d’or pour Radu Jude, Grand Prix pour le grand Hamaguchi
« Nowhere girl » de Magali Le Huche : sauvée par les Beatles
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture