Essais
Déborah Kessler-Bilthauer, Guérisseurs contre sorciers dans la Lorraine du XXIe siècle

Déborah Kessler-Bilthauer, Guérisseurs contre sorciers dans la Lorraine du XXIe siècle

17 novembre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Déborah Kessler-Bilthauer est chercheur au Laboratoire lorrain de sciences sociales et à la Maison des sciences de l’homme de l’Université de Lorraine, où elle enseigne l’ethnologie et la sociologie. Elle publie ses recherches sur les sorciers et les guérisseurs dans la Lorraine du XIXe siècle. Ses recherches actuelles portent sur les itinéraires de soins des populations locales résidant en zone rurale.

[rating=4]

guerisseursUNE ENQUÊTE DE TERRAIN DE SIX ANS
Que savons-nous de sorciers ? Faut-il les craindre ? En ce début de XIXe siècle, quels sont leurs pouvoirs et leur impact ? C’est à ces questions que l’auteure s’efforce de répondre. Pour ce faire, Déborah Kessler-Bilthauer – qui n’est pas une fan de la littérature style Harry Potter ni du paranormal – a mené une enquête de plus de six ans, comme l’avait fait en son époque Jeanne Fravret-Saada en 1977.

LE BUT DE L’ENQUETE
La sorcellerie apparait ainsi comme un système d’interprétation des relations humaines de voisinage (voisinage, parenté, etc.). Tous les participants ont compris que l’auteure n’était pas là pour les juger, ni pour les dénoncer, ni pour les utiliser, mais plutôt pour comprendre des pratiques et des représentations sociales actuelles.

Le but de cette enquête minutieuse, c’est de mettre en lumière l’existence et la prégnance dans la culture lorraine actuelle d’un système d’explication du mal, cristallisé dans la sorcellerie.

COMMENT DEVIENT-ON DESENVOUTEUR ?
Au fil des pages, le lecteur apprend que l’on devient désenvouteur par révélation, par consécration et par tradition. De plus, la population de guérisseurs et de sorciers est en majorité masculine.

Cet ouvrage permet de découvrir les sorciers et leurs clientèles ainsi que l’existence de rituels contre la sorcellerie et des gestes de protection. L’enquête met également en relief la modernité et la survivance de pratiques ancestrales.

Ce travail de recherche fait suite à une thèse de doctorat et permet de découvrir un monde secret. Les passages sur les transmissions du don et les rapprochements avec la croyance religieuse sont très éclairants. Il y a un travail pertinent d’analyse, qui donne la possibilité de mieux comprendre nos contemporains.

Déborah Kessler-Bilthauer, Guérisseurs contre sorciers dans la Lorraine du XXIe siècle, éditions Serpenoise, octobre 2013, 290 p., 20 euros.

« Quatrième Mur » de Sorj Chalandon et « Plonger » de Christophe Ono-dit-Biot : les deux gagnants du Goncourt et du Renaudot des Lycéens
« Tête Haute », l’alliance parfaite de Joël Jouanneau et Cyril Teste au service de l’enfance
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

3 thoughts on “Déborah Kessler-Bilthauer, Guérisseurs contre sorciers dans la Lorraine du XXIe siècle”

Commentaire(s)

  • Joseph Tonda

    J’ai hâte de lire ce livre, et de comparer ce qu’il met au jour avec mes propres recherches sur la sorcellerie en Afrique centrale contemporaine, notamment dans les deux Congos et au Gabon, qui sont mes terrains de recherche.

    novembre 20, 2013 at 7 h 33 min
  • Sossouhounto Nadine

    Félicitation à cette femme, qui a osé, mener des recherches par rapport à un fait, appartenant à des sociétés dites « secrètes »
    la population de sorciers est en majorité féminine au Bénin. Il serait vraiment intérêt d’acquérir le livre pour comprendre ce qui se passe dans d’autres pays.

    novembre 20, 2013 at 12 h 14 min
  • Blandon

    J’ai eu à connaître, dans les années 2000, en Lorraine, une affaire criminelle où la sorcellerie ne semblait pas être étrangère. En qualité d’enquêteur, un certain nombre d’évènements m’ont interpellé. Les traces laissées sur le cadavre, les relations de la victime,… Peu de personnes m’ont cru. Fatalement, Harry Potter n’existe que dans les films ! Et pourtant…

    avril 22, 2015 at 20 h 27 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *