BD
Clinton Road de Vincenzo Balzano

Clinton Road de Vincenzo Balzano

02 septembre 2020 | PAR Katia Bayer

Roman graphique édité par Ankama, Clinton Road est la BD à laquelle on s’intéresse aujourd’hui. Son format, son histoire fantastique traversée par le deuil et les phénomènes paranormaux ainsi que sa liberté formelle nous interpellent.

New Jersey, 1978. John Morgan, ranger barbu, patrouille jour après jour le long de Clinton Road, une route connue pour être la plus hantée des Etats-Unis et qui a vu disparaître bon nombre d’hommes et d’animaux. Après un café infect pris chez son ami Sam, il entame sa journée de travail dans le but de débusquer des braconniers. Son fils, Benjamin, occupe ses pensées…

Traversé par le rêve et la réalité, la présence et l’absence, les visions et les rumeurs, l’eau et le feu, la nuit et la neige, les contes et les corbeaux, le roman intrigue beaucoup le lecteur qui, sans qu’on révèle ici toute l’intrigue, va devoir accepter une part d’ombre tout au long des pages de l’album. Car de l’ombre, il y en a beaucoup dans cet ouvrage signé Vincenzo Balzano. La solitude de l’homme et de l’animal, la folie, l’étrangeté, les fantômes et les souvenirs sont également de la partie.

Par moments, on le déplore, certains passages de Clinton Road apparaissent nébuleux à l’instar de certaines mauvaises rencontres faites par John. La relation filiale et les démons intérieurs du personnage principal sont toutefois stimulants à suivre, l’auteur arrivant à nous embarquer dans son histoire.

Autres qualités : le graphisme, fondamental pour tout roman graphique. L’ouvrage se remarque en effet que ce soit par sa couverture étrange, son lien fort à l’aquarelle, ses cases aux tailles différentes, ses pages puissantes, ses esquisses et dessins plus travaillés et ses couleurs diluées. Le format de l’album a ses qualités également. Petit, il se lit autant dans le métro que dans la file d’attente. Maniable, il permet de feuilleter ses pages mystérieures et surprenantes où les gros plans fonctionnent avec efficacité.

Katia Bayer

Clinton Road de Vincenzo Balzano, Ankama Éditions, 17,90 €

Agenda cinéma du mercredi 2 septembre
« La Fièvre », le premier roman d’Aude Lancelin : splendeurs et misères des Gilets Jaunes
Katia Bayer

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *