BD
En toute conscience, pouvoir décider de sa vie et de sa mort

En toute conscience, pouvoir décider de sa vie et de sa mort

21 septembre 2021 | PAR Laetitia Larralde

Olivier Peyon et Livio Bernardo collaborent pour nous donner de la matière à réfléchir avec une bande dessinée sur un thème sensible, la fin de vie.

L’association “En toute conscience” aide les personnes qui souhaitent mettre un terme à leurs souffrances. Il pratiquent le suicide assisté, dans l’illégalité, et accompagnent les malades en phase terminale, selon un protocole bien défini. Mais un jour arrive Vincent, 25 ans, qui veut en finir suite à un chagrin d’amour. Sous couvert de vouloir l’aider, les vieux militants vont essayer de lui faire changer d’avis.

Le sujet de l’euthanasie divise fortement. Cet album nous fait suivre le combat de ceux qui considèrent que chacun a le droit de choisir comment il veut terminer sa vie, que la souffrance n’est pas une obligation, et que la mort est une question intime. Leur lutte les fait également intervenir auprès du personnel soignant pour les obliger à respecter les volontés du patient quand celles-ci ne vont pas dans le sens du maintien en vie à tout prix. Car si prolonger la vie est noble, chacun devrait pouvoir décider dans quelles conditions.

La loi française condamne aujourd’hui l’euthanasie par des charges telles que traffic de barbituriques ou complicité de meurtre, et l’album montre qu’elle ne souhaite pas porter le débat sur la place publique, afin de ne pas provoquer une “débâcle” telle que celle contre le mariage pour tous. L’évolution de la loi se fera-t-elle dans l’ombre? Le débat soulevé par l’affaire Vincent Lambert verra-t-il une évolution des limites entre acharnement thérapeutique et euthanasie?

Olivier Peyon, reconnu pour son travail dans le film documentaire, et Livio Bernardo nous livrent avec En toute conscience un album délicat et nuancé sur un sujet difficile qui devrait nous concerner tous.

En toute conscience, d’Olivier Peyon et Livio Bernardo
224 pages, 22,50€ – Delcourt

Visuel : © Editions Delcourt, 2021 – Peyon – Bernardo

« Sueño »: rêver doux, rêver plus fort que toutes les avanies
[Critique] Je m’appelle Bagdad, un hymne à la sororité
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture