BD
« Constellation(s) », quand Matrix rencontre Platon

« Constellation(s) », quand Matrix rencontre Platon

28 août 2020 | PAR Laetitia Larralde

Avec son album Constellation(s), Serge Annequin nous propose de le suivre dans le Lubéron, entre oliviers et apparitions célestes. Une bande dessinée qui aurait mérité d’être plus approfondie.

Gian, jeune orphelin, passe l’été dans le Lubéron, chez son oncle et sa famille qui vivent de façon alternative au milieu des oliviers. Un matin, il se réveille avec une marque sur le bras et aucun souvenir de sa soirée alors que Luna, une jeune fille en visite chez son père, est déclarée disparue. Pendant quelques jours, ovnis, visions, chamane et paranormal vont s’immiscer dans la vie de Gian, pour l’amener à une meilleure compréhension du monde.

En prenant la petite ville de Forcalquier comme toile de fond, Serge Annequin dessine une fable écologiste aux accents de science-fiction. Si le propos est parfois un peu opaque, à l’image des récits de ceux qui ont vu des ovnis, il appelle néanmoins à changer de point de vue sur le monde. Empruntant à la fois à la caverne de Platon et à Matrix, Serge Annequin nous invite à abandonner les illusions réconfortantes que nous connaissons pour voir le monde tel qu’il est vraiment.

Existe-t-il une intelligence supérieure qui nous surveille ? La réalité est-elle vraiment telle qu’on la perçoit ? Ne sommes-nous qu’une expérience, des petits animaux dans un terrarium, petit univers dans un autre bien plus vaste ? Ces questions, présentes en trame de fond de l’histoire, auraient pu être un peu plus développées. On aurait aimé que l’auteur soulève un coin de voile vers cet autre univers qu’il ne fait qu’évoquer, qu’il construise un peu plus sa mythologie. Mais nous resterons avec nos questions, à chacun de sortir ou non de sa caverne.

Constellation(s), de Serge Annequin
20€, 96 pages, Editions Paquet

Visuel : ©Paquet

Le point sur le plan de soutien au spectacle vivant rendu public, ce vendredi 28 juillet, par le ministère de la Culture
« Jusqu’ici tout va bien »: les étudiant.es de Kourtrajmé s’exposent au Palais de Tokyo
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *