Politique culturelle
Le point sur le plan de soutien au spectacle vivant rendu public, ce vendredi 28 juillet, par le ministère de la Culture

Le point sur le plan de soutien au spectacle vivant rendu public, ce vendredi 28 juillet, par le ministère de la Culture

28 août 2020 | PAR Loïs Rekiba

Ce vendredi 28 juillet, le ministère de la Culture a rendu public un plan de soutien au spectacle vivant. La rédaction de Toute La Culture fait le point à ce propos.

Selon les mots du Gouvernement il s’agit, avec ce plan de soutien, de « concrétiser la solidarité et le soutien du gouvernement au secteur du spectacle vivant ». Sur un air de congratulation du soutien apporté par l’administration du ministère de la Culture au secteur du spectacle vivant en crise, le communiqué annonce le déblocage de la somme de 432 millions d’euros afin d’ « accompagner les entreprises et établissements des secteurs privé et public, les auteurs et les artistes » sur le long chemin de la relance.

Un effort « massif, à la hauteur des difficultés que vous rencontrez, à la hauteur de l’importance économique et sociale du secteur du spectacle vivant en France ».

Le communiqué annonce dans un premier temps une reconduction de l’activité partielle jusqu’au 31 décembre 2020.

Ce prolongement de l’activité partielle sera accompagné d’une prolongation du crédit d’impôt pour le spectacle vivant et crédit d’impôt phonographique jusqu’au 31 décembre 2024, ainsi que d’un « un assouplissement temporaire » des paramètres du crédit d’impôt du spectacle vivant.

Afin d’encourager la reprise d’activité des exploitants de salles de spectacles, il est annoncé la mise en place d’un nouveau mécanisme de compensation, qui sera mis en place « après concertation avec les professionnels du secteur, avec effet à compter du 1er septembre 2020 et jusqu’au 31 décembre 2020 ». Aussi, c’est une provision de 100 M€ qui permettra le financement de ce mécanisme de compensation destiné à « l’ensemble du secteur culturel », et venant s’ajouter au plan de relance de 2 Md€.

Aussi, avec cette somme de 432 M€ à l’attention du spectacle vivant annoncée ce vendredi 28 – et venant s’inscrire directement dans la continuité des 2Md€ précédemment accordés au secteur culturel dans son ensemble- on compte : 220M€ à l’attention du spectacle vivant privé,  200M€ qui iront tout droit dans les caisses du spectacle vivant subventionné, puis 12 M€ pour l’emploi et les artistes auteurs du spectacle vivant, auquel « un programme exceptionnel » de 30 M€ pour la commande artistique.

Le contexte

Ce plan de relance fait suite au dialogue entrepris le 27 aout au ministère de la Culture, rue de Valois, par le Premier ministre et la Ministre de la Culture avec « les organisations représentant le spectacle vivant dans toute sa diversité, pour les écouter et témoigner de la mobilisation et de l’engagement de l’Etat aux côtés de tous les acteurs culturels« .

Le communiqué rappelle que « des mesures d’urgence ont été mises en place dès le début de la crise par l’Etat et ses opérateurs et partenaires ». Il réaffirme aussi le sens de l’écoute de l’État face aux attentes d’un secteur envers lequel il réaffirme « son soutien » et sa volonté de mettre en place « une réponse d’une ampleur inédite à destination des entreprises, des auteurs, des artistes, des établissements, du secteur privé ainsi que du secteur public », et rappelle le sens collectif de ce plan en espérant que « ces mesures bénéficient à l’ensemble des acteurs ».

Ce plan symbolise aussi les trois priorités du Gouvernement. À savoir, la reprise d’une activité cultuelle stable et adaptée aux mesures sanitaires en vigueur (même si « l’exemption de distanciation physique sera autorisée pour les danseurs, musiciens, comédiens, chanteurs, ou toute autre profession amenée à se produire sur un plateau, sous réserve du respect de protocoles sanitaires stricts »), le soutien des entreprises privées, des artistes-auteurs, mais aussi des établissements publics ou subventionnés par « un plan de relance majeur en faveur de la. Il s’agit aussi de « rétablir la confiance et favoriser le retour du public dans les salles ».

Une attention particulière à l’égard des exploitants de salle de spectacle durement touchés par la crise

Pour encourager la reprise d’activité des exploitants de salle de spectacle, le communiqué de presse décrit la mise en place prochaine d »un nouveau mécanisme de compensation des pertes d’exploitation liées à la persistance de mesures de distanciation ». Suite à une « concertation avec les professionnels du secteur », le 1er septembre 2020 marquera le début de ce dispositif de compensation « qui s’adressera aux exploitants de salles TPE/PME du secteur privé » sur une durée de quatre mois.

Afin d’assurer la synergie égalitaire de ce mécanisme, une attention sera portée « à la juste redistribution de la valeur à l’ensemble de la chaîne jusqu’aux artistes et aux auteurs ».

Le spectacle vivant, un secteur également au coeur de l’annonce de ce plan de relance

Si le Gouvernement a mis sur la table la somme totale de 2 milliards d’euros dans le plan de relance du secteur culturel dans son ensemble, c’est bien en tout 432 M€ qui seront consacrés au secteur du spectacle vivant dans sa spécificité.

Du coté, du spectacle vivant privé, c’est la somme de 220 M€ qui a été retenue pour accompagner sa relance. Pour le secteur musical dans son ensemble, c’est 200 M€ de crédits qui ont été débloqués et qui seront confiés au Centre National de la Musique, afin de venir en aide aux producteurs, aux auteurs et aux diffuseurs. Mais le Gouvernement cherche également à accompagner l’essor du Centre National de la Musique, une toute jeune institution crée en tout début d’année. Pour cela,10 M€ seront débloqués afin de soutenir une institution jeune et dynamique qui a été « directement mobilisée dans la gestion de la crise » et qui, pour cela, se doit pouvoir « consolider ses assises ». Côté théâtre, la somme retenue est de 10 M€ elle vise à « abonder le fonds d’urgence aux théâtres privés et aux compagnies non conventionnées, géré par l’ASTP (Association pour le Soutien du Théâtre Privé).

En ce qui concerne le spectacle vivant subventionné, sa relance sera assurée grâce à la somme de 200 M€. Sur les 200 M€, 120 seront accordés « pour les opérateurs publics nationaux du spectacle vivant qui ont vu leurs ressources propres massivement chuter du fait de la crise ». Le Gouvernement ambitionne aussi de soutenir les institutions du spectacle (théâtre, danse, arts de la rue et cirque) en région, à l’aide d’une somme de 30 M€ « d’accompagner les ensembles, les orchestres et les festivals ». Ces derniers recevront 20 M€, une somme semblant s’inscrire dans la volonté du gouvernement de favoriser la transition écologique du secteur du culturel car visant, selon les mots employés, à « encourager la transition écologique des institutions de création en région ».

Enfin, dans la lignée d’un soutient direct et à massif à la création artistique et à l’emploi, le communiqué ministériel annonce un autre dispositif. Il s’agit cette fois-ci d »un dispositif de soutien aux artistes-auteurs fragilisés par la crise, venant s’ajouter aux dispositifs transversaux » pour un montant total de 13 M€ parmi lequel 7 M€ sera consacré au spectacle vivant. Dans. cette continuité, il s’agit aussi bien sûr d’assurer la pérennité de l’emploi dans le spectacle et, pour cela, le FONPEPS (Fond National Pour L’Emploi Pérenne dans le Spectacle) « sera abondé à hauteur de 5 M€ ». La commande artistique sera quant à elle revalorisée, puisqu’une somme de 30 M€ sera également mise en œuvre à l’attention de « toutes les disciplines dont le spectacle vivant ».

 

©Visuel : RichMatt++Roo

« Les secrets de ma mère » de Jessie Burton : voyage pour se trouver soi-même
« Constellation(s) », quand Matrix rencontre Platon
Loïs Rekiba

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *