Livres
« Chen Jiagang : Utopies », un maître de la composition aux éditions Thircuir…

« Chen Jiagang : Utopies », un maître de la composition aux éditions Thircuir…

24 septembre 2012 | PAR Kylhian Hildebert

Le cinquième opus des éditions Thircuir (jeune maison d’édition créée en 2010 avec pour ambition de faire découvrir la photographie contemporaine chinoise) est dédié à Chen Jiagang, photographe né en 1962, dont les clichés à la composition plus que soignée sont autant de regards portés sur le passé…

Chen Jiagang photographie le monde en plan large, des friches industrielles d’une autre époque aux montagnes à l’aspect lunaire. Ses clichés démontrent une véritable recherche dans la composition, une géométrie savamment étudiée qui accentue le gigantisme des lieux. Dans ces lieux déserts, il dissémine ici et là des personnages, toutes de jeunes femmes, comme arrivées par hasard. Les tons sont froids, grisâtres, sur certains clichés une fine brume repose lourdement sur le sol ; tout est calme, le temps s’est arrêté…

Pour autant il ne faut pas voir chez Chen Jiagang qu’un fou de la composition ; bien au contraire, derrière cet aspect purement esthétique il mène une profonde réflexion sur la mémoire et le temps qui passe. La petitesse des femmes par rapport au monde et leur regard face à l’objectif en fait de véritables témoins d’un passé mis aux oubliettes, elles interpellent le spectateur et de facto deviennent un point de repère, un véritable point d’ancrage auquel on peut se raccrocher.

Témoins d’un temps révolu, elles nous questionnent également sur l’avenir : voir ces nombreuses constructions maintenant à l’abandon n’est-ce pas aussi se demander si les édifices actuels sont voués au même destin ? Face à cette démesure les individus sont peu de choses : les demeures restent ; les ouvriers non.

L’homme face à ses constructions, l’homme face à la nature ; l’homme face au passé, l’homme face à l’avenir ; voilà les sujets d’étude de Chen Jiagang, le tout mis en scène avec un compas dans l’oeil.

(c) Chen Jiagang, éd. Thircuir

Les Impressionnistes et la Mode à Orsay : quand les grands du XIXème chantent la parisienne
Le Festival du cinéma Italien d’Annecy rend hommage à Luchino Visconti du 3 au 9 octobre
Kylhian Hildebert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture