Séries
« State of Happiness », l’or noir au cœur d’une saga norvégienne sur Arte

« State of Happiness », l’or noir au cœur d’une saga norvégienne sur Arte

07 novembre 2022 | PAR Ilan Lévy

Jusqu’au 16 novembre, Arte diffuse State of Happiness, une saga norvégienne qui met en scène une communauté de pêcheurs au moment où le pétrole fait basculer leurs vies. À voir également sur arte.tv.

La Norvège figée

Ils sont quatre jeunes, en 1969, dans un pays encore très traditionnel. La découverte du pétrole va changer leur vie… pour toujours. La Norvège semble à cette époque vivre paisiblement, à l’ombre de sa pêche qui commence à péricliter. Puissance de l’Église, mœurs encadrées, rôle des femmes réduit aux fonctions de mères au foyer et de secrétaires, tout semble figé dans le temps et dans l’espace pour les habitants de la petite ville côtière de Stavanger. La très riche famille Nyman règne sur la ville par ses pêcheries et ses usines à sardines, appliquant envers ses employés un paternalisme ancestral et bienveillant. La compagnie américaine Philipps Petroleum envoie sur place le jeune avocat Jonathan Kay afin de clore le chapitre des explorations pétrolières coûteuses ; personne ne trouve de pétrole au large de Stavanger.

Le bouleversement pétrolier, un changement majeur

Fiancé d’Anna, Christian, l’héritier de la fortune Nyman, se passionne pour la plongée et se refuse à reprendre l’affaire familiale en pleine déliquescence.
Avec ses compères, il parvient à persuader la compagnie pétrolière de tenter un forage de la dernière chance, qui aboutit à un immense gisement de pétrole. L’avenir de Stavanger en est bouleversé. La Norvège va devenir l’un des pays les plus riches du monde, refusant même d’entrer dans l’Union européenne. Les revenus du pétrole sont placés dans un des plus puissants fonds souverains du monde, qui se veut éthique et qui prépare l’après-pétrole. La Norvège est l’un des rares pays pétroliers à échapper à la malédiction du pétrole.

Quatre jeunes hommes et femmes dans le vent

Issue d’une famille de pauvres fermiers, Anna, la très discrète secrétaire que personne ne remarque, influence les pétroliers, la mairie et sa belle-famille, les Nyman. Elle sera à l’origine de tous les bouleversements de la série.
Christian, qui refuse un destin tout tracé par sa famille, prend son avenir en main et s’engouffre, au péril de sa vie, dans le monde du pétrole, où ses plongées dangereuses rapportent des millions à la compagnie pétrolière. Jeune mère célibataire délaissée par l’Américain qui l’a mise enceinte, Toril subit les remontrances de sa famille et de toute sa communauté religieuse car « elle a fauté ». Mariée de force à un homme qu’elle déteste, elle s’enfuit vers la liberté et bouscule ce petit monde bien sous tous rapports.
L’avocat américain Jonathan Kay, secrètement amoureux d’Anna qui est en pleine émancipation, défend les intérêts de la compagnie pétrolière en faisant fi de toute morale et de tout sentiment humain, y compris face à des accidents mortels.

Une ambiance nordique

Les séries comme les romans policiers nordiques, en particulier norvégiens, ont conquis le monde et leur qualité n’est plus à démontrer.
Cette série au scénario bien ficelé, proche de l’univers de Mad Men, notamment par le statut des femmes, vaut surtout plus pour l’histoire et pour l’ambiance que pour son suspense et ses rebondissements.
Malgré les bouleversements qu’apportent le pétrole, les changements et les rythmes sont lents, étudiés et calibrés. Ici pas de bagarres, ni violence ni poursuites en voiture, juste des personnages pris dans un monde nouveau qu’ils doivent inventer sur une bande son très folk-rock des années 1960-70.
La série, véritable drame sentimental, a remporté le prix du meilleur scénario et celui de la meilleure musique au festival Canneséries en 2018. 

State of Happiness (Lykkeland), Réalisation : Pål Jackman, Petter Næss, Scénario : Mette Marit Bølstad, Arte TV, 8 épisodes. 

Visuel : © affiche 

Une soirée de clôture fraîche et généreuse aux Primeurs de Massy
Les Odyssées, le cadeau idéal de fin d’année !
Ilan Lévy

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration