Séries
Rebecca, du suspens et du déjà vu

Rebecca, du suspens et du déjà vu

20 novembre 2021 | PAR Ilan Lévy


En proposant la série
Rebecca, TF1 s’appuie sur une pléiade bons acteurs, un scénario fort et pas mal de choses connues

Une héroïne sombre

Déprimée, tourmenté, en plein divorce, éloignée de ses 2 enfants, Rebecca reprend du service dans la police après 6 ans d’interruption. Elle retrouve son ancienne collègue devenue commissaire dans la période.

Deux jeunes femmes viennent d’être assassinées avec le même mode opératoire que d’autres femmes quelques années auparavant. Immédiatement, elle se tourne vers Collange, qui était déjà soupçonné à l’époque. Hors, ce dernier est en prison pour l’assassinat de sa femme.

Elle découvre rapidement qu’il est en liberté surveillée et travaille dans une boulangerie, sous la coupe d’un mystérieux et sulfureux patron, lui-même sous l’étroite surveillance de sa femme jalouse.

Le mari de Rebecca est responsable juridique d’une grande entreprise très liée aux collectivités locales. Elle utilise des méthodes troubles, sous la férule de Sylvie, qui emploie sa fille Laëtita et son beau fils, le fils de son mari défunt, Henri.

Pour compliquer cette série chorale, aux multiples entrés, la jeune et jolie Emma organise par internet des séances sexuelles qui lui permettent ensuite de détrousser ses victimes.

Tout au long de la série, Rebecca a des visions et des trous noirs qui lui font de plus en plus douter d’elle et de ses actions. Est-elle l’auteur de ces crimes en série ? Est elle manipulée par son mari qui a une liaison avec Laëtita, qui, elle-même disparaît ?

Un casting de luxe et de séries télé’

Portée par Rebecca, la belle et troublante Anne Marivin, la série aligne un casting haut de gamme. Benjamin Biolay incarne son mari, tour à tour gentil et cynique manipulateur, le comique Baptiste Lecaplain est un expert informatique de haut niveau quand la princesse Clotilde Courau joue la commissaire, ancienne amie de Rebecca. Mention spéciale à Patrick Timsit dans son rôle de tueur en série déguisé en honnête apprenti boulanger ou apprenti boulanger déguisé en tueur en série ?

Les seconds rôles offerts à des brillants comédiens de séries proposent ainsi une sorte de retrouvaille familiale aux téléspectateurs. On y rencontre Valérie Karsenti (Scènes de ménage), Grégory Montel (Dix pour cent), Samir Guesmi (Les revenants, Engrenage, L’amour flou), Artemisia Toussaint (Demain, nous appartient).Le réalisateur, Didier Le Pêcheur, est, quant à lui, un des grands spécialistes du genre.

Du déjà vu

Si la série multiplie les histoires secondaires, qui semblent loin de l’intrigue principal de l’arrestation du tueur en série, ou de la commissaire enquêtrice, elle met en scène un suspens grandissant au fil des épisodes. Rebondissement nombreux, troubles,

questionnement sur l’héroïne, la série est bien ficelée et les acteurs s’en donnent à cœur joie pour garder le spectateur accroché à son canapé. D’autant que diffusée sur TF1, il faut attendre le jeudi suivant pour avoir la réponse aux nombreuses questions posées à la fin de l’épisode précédent.

Le final, dans plusieurs semaines, s’annonce grandiose.

Cependant, comme ce fut souvent le cas, la série est un énième remake(Grand hôtel, Un homme d’honneur, Gloria et tant d’autres) par la chaîne numéro un en France de la série britannique Marcella

Rebecca

TF1

8 épisodes de 50 minutes

4 jeudis à partir du 18 novembre 2021.

Visuel : Affiche

Festival un Etat du monde : Mohammad Rasoulof brave l’interdit avec Le Diable n’existe pas
Rébecca Chaillon pulvérise les conventions dans « Carte Noire nommée désir »
Ilan Lévy

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture