Séries
« Désordres », la série mélancolique, égotique et sympathique de Florence Foresti fait mouche

« Désordres », la série mélancolique, égotique et sympathique de Florence Foresti fait mouche

10 octobre 2022 | PAR Yaël Hirsch

L’humoriste Florence Foresti, à l’affiche du Théâtre Marigny avec son nouveau spectacle « Boys Boys Boys » a donc lancé la semaine dernière sa série sur Canal +. Sobrement intitulée « Désordres » et résolument auto-fictionelle, celle-ci fait avec son auteure le portrait d’un Paris peu tendre sous ses dehors rabelaisiens et bonhommes.

 

Alors qu’on attend les épisodes 3 & 4 de Désordres ce lundi 10 octobre sur Canal +, les deux premiers disponibles que MyCanal donne les « la » d’une série aussi grinçante que drôle et vissée autour de la personnalité de sa créatrice : Florence Foresti. Un jeu de scène sur l’autofiction qui est suffisamment authentique pour plaire et toucher. 

Sex and the City à la Française? 

Grande énergie dès la première scène : des enfants sont livrés à leurs pères. Les mères, elles, restent seules, à la fois assez hagardes, mais aussi assez libres pour aller picoler. Cela se passe au Progrès, dans le Haut Marais où l’on apprend que la plus célèbre de ces mousquetaires-divorcées vient de s’offrir un nouvel appartement. Ca boit, donc, ça drague des petits jeunes et ça se déguise en tutu, non sans rappeler le quatuor de la série mythique que menait la menue Carrie Brandshaw dans le New-York d’il y a 20 ans. Foresti joue du parallèle avec beaucoup de recul et d’humour sur la « french touch » qu’elle y apporterait. Pendant ce temps, en filigrane, l’intrigue s’installe (un très beau vendeur au magasin de chaussures au-dessous de chez elle, un spectacle à écrire avant 3 semaines et les personnages avec leur comique de répétition (la femme de ménage philippine qui glousse au nez de « Madame », l’impresario en slip qui aide à l’installation du nouvel appartement, les dépenses somptuaires et l’hypocondrie de l’héroïne°… 

Un One Woman Show consciencieusement égotique

Parmi les autres répétitions drôles et gênantes : les autographes à signer et le fait d’être reconnue partout. Dès le deuxième épisode, le quatuor se transforme un solo à peine secondée par la « Samantha » de la série (Béatrice Facquer). Florence Foresti prend toute la place à l’écran avec une solitude aussi marquante que celle de ses nuits de blues dans son grand appartement. L’angoisse, la mort et la vacuité sont là et le clown gesticule au plus proche du précipice. Le grinçant l’emporte sur le chaleureux et cela fait rire plus que tout… Nous avons hâte de retrouver Florence Foresti, ses comparses et sa jolie target pour les prochains épisodes d’une série qui semble réussir son pari : faire rire sans jamais laisser le spectateur tout à fait se détendre. 

« Désordres », de Florence Foresti, avec Florence Foresti, Béatrice Facquer, Laetitia Vercken, Anouk Féral, Clément Bresson, Lucy Ordenacion, Luc Antoni, Baptiste Lecaplain, Eric Bougnon, Audrey Lamy, 8X30min, Canal +.  

visuel(c) affiche 

Thomas de Pourquery et Supersonic en concert
La force créatrice de Destroyer en concert au Petit Bain
Avatar photo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration