Jazz
Thomas de Pourquery et Supersonic en concert

Thomas de Pourquery et Supersonic en concert

10 octobre 2022 | PAR Lucine Bastard-Rosset

Ce vendredi 7 octobre, le Théâtre 71 – scène nationale de Malakoff –  a accueilli le groupe de jazz Supersonic pour un concert aux croisements des genres musicaux.

Fondé en 2011 par Thomas de Pourquery, Supersonic présente la création de son troisième album Back to the moon : une virée dans un espace-temps déconnecté, où le jazz se mêle à des sonorités plus rock et funk. Les morceaux basculent vers l’expérimental et le psychédélique dans une variation toujours plus importante des rythmes et des hauteurs.

Sur scène, ils sont six musiciens – Thomas de Pourquery (saxophone alto, chant), Laurent Bardainne (saxophone ténor, synthétiseur, voix), Fabrice Martinez (trompette, bugle, chant, percussions), Arnaud Roulin (piano, synthétiseur, électronique, percussions), Frederick Galiay (basse, chant) et Edward Perraud (batterie, chant, électronique) – et ensemble, ils livrent un concert qui saura vous faire oublier que vous vous trouvez sur Terre.

Une première partie étrangement calme

Arnaud Roulin, le pianiste du groupe, signe son premier album solo au piano. Afin de le présenter au public, Thomas de Pourquery le laisse ouvrir le concert durant une quinzaine de minutes. Seul en scène, ce musicien virtuose fait vibrer sa musique avec beaucoup de douceur et de tranquillité. Les notes s’élèvent dans les airs à la manière du ruissellement léger d’un court d’eau. Leur fluidité emplit l’espace et se déverse avec beaucoup de délicatesse sur le public attentif. En peu de temps, on est pris dans la mélancolie des morceaux que viendra très rapidement renverser l’arrivée de l’ensemble du groupe.

Back to the moon

Le groupe Supersonic prône la diversité avec leurs bois, cuivres, cordes et percussions. Pourtant, malgré cette hétérogénéité des instruments, c’est avec beaucoup d’adresse que chaque musicien dialogue avec le reste de la bande. Ils manient leur(s) instrument(s) avec talent et les divers solos présents dans le concert le démontrent bien. Ils vivent leur musique et transmettent à chacune de leurs notes l’énergie qui lui convient. Tous sont capables de moduler les tonalités et les rythmes, de jouer à l’unisson ou à contre temps.

Les sons que l’on découvre durant le concert soulignent les potentialités – parfois trop peu usités – des instruments : les musiciens cherchent à utiliser toutes les facettes de leurs instruments et jouent sur les vibratos, les sons étranges et inhabituels. Ainsi, les saxophonistes mettent plus ou moins d’air dans leurs notes, le batteur ajoutent des ustensiles sur sa batterie pour créer de nouvelles rythmiques et le trompettiste utilise une sourdine, transformant ainsi le rendu sonore. Ajoutés les unes aux autres, ces différentes techniques musicales donnent naissance à des morceaux en perpétuelle évolution.

Thomas de Pourquery et Supersonic livrent un concert d’une grande vitalité. Ils transmettent leur musique avec beaucoup d’énergie, ne cessant de surprendre par leurs talents. Il sera possible de les découvrir lors d’un concert au Trianon le 4 novembre prochain. 

 

Visuel : ©Floriane de Lassée / Nicolas Henry 

L’agenda de la semaine du 10 octobre
« Désordres », la série mélancolique, égotique et sympathique de Florence Foresti fait mouche
Lucine Bastard-Rosset

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration