Séries

Boardwalk Empire : saison 5 « Tout a une fin »

Boardwalk Empire : saison 5 « Tout a une fin »

17 avril 2015 | PAR Jean-Christophe Mary

Après cinq saisons captivantes dans l’univers de la prohibition, la série produite par la chaîne HBO sort l’ultime saison : « Tout a une fin ».

Adaptée du roman Boardwalk Empire : The Birth, High Times and the Corruption of Atlantic City de Nelson Johnson, cette saga s’affiche du point des personnages, de la mise en scène, de l’interprétation, scénario, restitution de l’époque comme l’une des plus importantes séries TV produites à ce jour.
Sur les quatre première saison on suit la vie de Nucky Thomson (Steve Buscemi), trésorier du parti Républicain -qui dirige la ville d’Atlantic City des années 1920 aux années 1930. Sept ans se sont écoulés depuis la fin saison 5. Nous sommes maintenant en 1931, en plein milieu de la grande dépression déclenchée par le krach boursier du 24 octobre 1929. Sentant l’approche de l’abrogation du Volstead Act, cette loi qui, dix ans plus tôt, avait instauré la prohibition, Nucky Thompson songe à se reconvertir dans des activités licites. Il se rend à Cuba pour négocier l’exclusivité de l’importation aux USA du rhum Bacardi… Récompensée par huit Emmys, la série dramatique signée Terence Winter et Martin Scorsese tire sa révérence sur cette chronique sombre et violente au temps de la Prohibition. Cette prériode de l’histoire des Etats Unis s’achève et avec elle son lot règlements de compte et de bain de sang. Un parfum de nostalgie flotte sur cette saison. Nous sommes dans une période de transition qui signe la fin d’une époque, celle où les truands auront dicté leur loi un état fédéral impuissant durant dix bonnes années. Dans cette saison finale, les sentiments et la moralité reprennent leurs droits. On retrouve l’histoire de Nucky Thompson en 1931 soit sept ans après la saison 4, une histoire ponctuée de nombreux flashback. Construite entre prologue et épilogue et prologue, cette saison sert en quelque sorte la conclusionà l’histoire de Nucky Thompson. On comprend ainsi ce qui l’a poussé à devenir ce qui ‘il est devenu. Le Commodore est une sorte de diable incarné, le chemin de Nucky est tout tracé à l’instant où il signe un pacte avec lui.
L’interprétation, le jeu des comédiens est de première classe : les deux anciens combattants de la première guerre mondiale, (le fils incestueux et le l’homme sans visage), Al Capone ou Lucky Luciano sont des personnages marquants. Impossible d’imaginer quelqu’un d’autre à la place de Steve Buscemi qui signe là l’un des meilleurs rôles de sa carrière. Contrairement à l’épilogue en point de suspension des Sopranos, la fin de Boardwalk Empire est définitive, et le message est clair.
Après les Sopranos, The Wire et Deadwood, séries où la violence et la corruption sont représentées avec une brutalité parfois extrême, cette saga aura elle aussi marqué toute une génération de fans. Nucky Thompson va nous manquer…

Jean-Christophe Mary

Langue : Français, Anglais
Sous-titres : Français
Région : Région 2
Studio : Warner Home Video
Bonus : Les repérages pour « La Promenade », commentaires audio
Disque bonus : les deux premiers épisodes de la saison « The Knick »

« Days of nothing », Roy et Melquiot donnent à voir les crises d’adolescence
Playlist de la semaine (112)
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *