Cinema

Noces éphémères, un film subtil et singulier sur la société iranienne

Noces éphémères, un film subtil et singulier sur la société iranienne

08 novembre 2011 | PAR Olivia Leboyer

Ne loupez surtout pas ce film singulier et extrêmement fin sur un Iran entre traditions et modernité ! Sortie le 9 novembre.

Dans Une séparation, le film iranien à succès de cet été, un couple se déchirait selon une mécanique implacable, proche d’un thriller. Ici, dans Noces éphémères, c’est à quelque chose près beaucoup plus subtil, presque d’ineffable, que l’on assiste.
Dans une petite ville iranienne, se pratique une coutume étrange, quasiment incompréhensible pour nous : le mariage à durée déterminée (on sait, en signant les papiers, pour quel laps de temps on s’engage !). Le jeune et beau Kazem (Hossein Farzi Zadeh) est promis à sa cousine. Mais il se sent irrésistiblement attiré par sa belle-sœur (Mahnaz Mohammadi, superbe actrice, qui est elle-même cinéaste), la veuve de son frère, qui le trouve également très à son goût.
Ce que l’on voit, comment le comprendre exactement ? Est-ce de l’amour, une vieille coutume, un procédé quasi marchand, autre chose encore ? Reza Serkanian capte avec acuité des instants de la vie quotidienne, des regards, des préparatifs de telle ou telle cérémonie. Avec une belle fluidité, les scènes se déroulent, comme suspendues : des fiançailles prévues, un enterrement, une circoncision, un mariage, tous ces rites se succèdent naturellement, baignés dans une atmosphère chaleureuse et singulière.
La dureté de certains interdits coexiste avec des habitudes plus modernes. Drôle de société, où le machisme règne mais où les femmes possèdent tout de même du pouvoir et du caractère.
Un très beau film, sans cesse surprenant, qui restitue à merveille les complexités de la société iranienne.

Noces éphémères, de Reza Serkanian, France/Iran, 78 minutes, Mahnaz Mohammadi, Hossein Farzi Zadeh, Javad Taheri, Dariush Asad Zadeh, Fabrice Desplechin. Sortie le 9 novembre 2011.

Yves Montand : vingtième anniversaire de sa disparition
Claudia Imbert lauréate du Prix Jeune Création
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

2 réflexions au sujet de « Noces éphémères, un film subtil et singulier sur la société iranienne »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *