Cinema
Mon Amour, captivante errance dans les « paradis blancs »

Mon Amour, captivante errance dans les « paradis blancs »

18 juin 2022 | PAR Pascal Gauzes

Aride et fascinant comme les paysages de Sibérie, Mon Amour, documentaire poignant de David Teboul, est un voyage cathartique mêlant récit d’une histoire d’amour sanctionnée par une mort prématurée par overdose et interviews de femmes et d’hommes de cette région reculée de la Russie, exposant leur expérience de l’amour. Avec la voix du réalisateur en fil conducteur et une esthétisation quasi performative de la photographie, le résultat est contemplatif, hypnotique mais ne laisse pas indemne.

Un incipit immersif

Écran noir, voix d’éloge funèbre tenue de bout en bout par David Teboul, une lettre de Frédéric, son amant, adressée au réalisateur lui-même s’affichant en surimpression. La pesanteur de ce documentaire est installée. Et dès lors, on s’interroge sur notre capacité à endurer une telle charge émotionnelle et psychologique pendant les presque trois heures qui s’annoncent.

De la puissance du réel

David Teboul, écorché vif par la mort de Frédéric son amant, son associé, et aussi celui dont il n’a pas réussi à enrayer la déchéance narcotique après leur séparation, tente de trouver en partant en Sibérie des réponses aux questions qu’il se pose sur l’amour, la mort… et interroge le regardeur sur l’universalité de ce sentiment, sur les relations dans ces conditions extrêmes. Finalement, la quête de l’autre ne serait-elle pas un artificiel enfermement dans un bonheur aussi inaccessible qu’illusoire ?

Alternant des passages autobiographiques, narrant la rencontre et la relation, avec force détails qui donnent au récit sa véracité et sa puissance, des interviews de figures burinées par les conditions climatiques, l’alcool, la vie…, des photos d’archive et des paysages ou des vidéos quasi statiques, le documentaire fait disparaître toute notion de temporalité. Les souvenirs se confrontent au récit des dernières heures, le mal-être psychologique du narrateur se confond avec ces témoignages semblant d’autres temps et définitivement d’autres mœurs.

Bouleversant et inattendu, Mon Amour laisse, dans un récit documentaire pourtant très directif, une grande liberté d’interprétation. Il prend aux tripes et bouscule la psyché : on peut voir se dessiner un parallèle entre dépendances affective et narcotique. Sans même avoir connu ces épreuves, le film est un joyau. Pour des publics sensibilisés, il peut même prendre une dimension de chef d’œuvre.

Mon amour de David Teboul, France, 2022, Rezo Films Durée : 2h52. En salles depuis le 15 juin 2022.
Photos du film : © Les Films d’ici

Sumi Jo au Théâtre des Champs-Élysées pour un concert pour la paix
Decouflé 100% rock à Montpellier
Pascal Gauzes
Pascal Gauzes est ingénieur agronome et diplômé de SciencesPo Paris, après avoir commencé sa carrière en marketing, il s'est orienté vers le monde de l'art et de la culture en dirigeant une galerie pour artistes émergents et en tant que directeur communication d'un musée parisien. Il est aujourd'hui directeur marketing et communication d'un réseau social et collabore avec Toute La Culture depuis presque 10 ans.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture