Cinema
Lumière 2020, Soul : hommage à la vie

Lumière 2020, Soul : hommage à la vie

21 octobre 2020 | PAR Lou Baudillon

Dans le cadre de sa programmation exceptionnellement cannoise, le Festival Lumière a montré mercredi l’inédit et très attendu Soul, nouveau petit chef-d’oeuvre des studios Pixar. Un film d’animation lumineux qui laisse une impression palpable : celle du goût de la vie.

Soul c’est l’histoire Joe Garner, un professeur de musique rêvant d’une carrière dans les clubs de jazz new-yorkais. Alors qu’il est sur le point de réaliser son rêve, un accident se produit subitement. Loin d’être d’accord avec un passage vers « le grand après », il refuse de mourir et décide d’aller à rebours : vers le « grand avant ». Là, on accompagne et prépare les jeunes âmes pour leur arrivée sur terre. Celles-ci sont poussé à acquérir les aspects de personnalité qui vont les suivirent durant toute leur existence humaine. Lorsqu’elles ont accumulé ces aspects, il leur reste alors à découvrir leur « étincelle », à savoir ce qui les rendra unique, ce qui leur donnera le goût de commencer leur vie sur terre. Joe Garner, alors qu’il arrive dans cet étrange lieu où se détermine le destin des âmes, se décide à aider l’une d’entre elle qui, réticente à la vie, ne parvient pas à obtenir son « étincelle ». Il s’imagine qu’en l’aidant, il obtiendra ce qu’il désir : revenir dans son corps et commencer sa carrière. Sauf que rien ne se passe exactement comme prévu et alors qu’ils parviennent à rejoindre la terre, leurs âmes sont interchangées. La jeune âme se trouve dans le corps de Joe alors que celle de celui-ci se trouve dans le corps d’un chat. Une journée incroyable va alors s’engagée et rapprocher les deux personnages. Une journée qui va leur faire repenser leur rapport à leur identité et à la valeur même de la vie.

De cette histoire proprement onirique, en ressort un film fortement ancré dans la réalité. Les personnages évoluent au grès de moments plus imaginatifs les uns que les autres. Le personnage de Joe Garner, prisonnier d’un autre corps et contraint de voir quelqu’un autre vivre les choses à sa place, prend conscience des détails qui font de son existence, une chance. Et, avec une infinie minutie visuelle, Pixar illumine les détails de la vie quotidienne de cette petite âme découvrant le monde par le biais du corps d’un autre. Chaque moment est ramené à travers ses yeux à ce qu’il est simplement : une épreuve, une découverte, un émerveillement. D’une ouverture d’esprit et d’une élégance rare, le film aborde des sujets complexes par une vraie analyse. Il amène à penser différemment et ouvre un véritable champ de réflexion. La force de la passion, les relations sociales, le goût de l’existence sont abordés au même titre que la dépression, la mort et la perdition. Sans jugement ni ordre de valeur, les sujets traitent simplement de tout ce qui s’enchevêtrent et fait la vie. Par sa beauté et sa poésie, Soul est un hommage à cette vie, à ces vies. Alors, de retour à la notre, il reste le précieux désir d’en savourer chaque instant.  

Visuels : ©Affiche Soul, Disney Pixar ©Logo Festival Lumière ©Extrait de la bande annonce Soul, Disney Pixar

VIDÉO – Exposition Les Olmèques au le musée du quai Branly
« Le Département des théories fumeuses » de Tom Gauld : Science sans conscience…
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *