Cinema
Le Grand Mouvement, peinture fiévreuse d’une réalité âcre, en Compétition aux Entrevues 2021

Le Grand Mouvement, peinture fiévreuse d’une réalité âcre, en Compétition aux Entrevues 2021

24 novembre 2021 | PAR Geoffrey Nabavian

Ce film du bolivien Kiro Russo se centre sur la pauvreté à La Paz, et décale subtilement ce qu’il capte jusqu’à en extraire la substance empoisonnée.

La Paz, capitale bolivienne avec ses montagnes, ses téléphériques, son fourmillement, et sa pauvreté : au cœur de ce bouillonnement, Elder essaye de gagner un peu d’argent en travaillant de ses mains. Deux compagnons le soutiennent, tandis qu’une femme âgée qui l’appelle « mon filleul » s’inquiète pour lui. À ces protagonistes s’ajoute Max, sorcier de la montagne encore tout entier imprégné des croyances anciennes. Elder, lui, a marché sept jours pour atteindre La Paz, et a travaillé auparavant en tant que mineur : il est épuisé, et tousse sans cesse. Reste à savoir si la grande ville va pouvoir lui laisser une chance, ou si les remèdes de Max pourront lui apporter de l’aide.

Images granuleuses, protagonistes aux visages dans l’ombre : afin de relater ces destins au cœur de conditions de vie extrêmement dures, la mise en scène du réalisateur Kiro Russo adopte un angle réaliste, assurément. Tout du long, le film montre sans détours le mal que subit l’homme sur lequel il se centre. Mais au fut et à mesure de sa progression, il se permet de figurer certains éléments de façon onirique, osant de soudaines embardées à l’aspect imaginaire : séquence de danse sur musique electro dans une rue misérable la nuit, souvenirs de mine peints en un montage hargneux, jeux sur l’ombre et la lumière…

De tels décalages paraissent, au final, être destinés à traduire l’aspect fiévreux du cadre au sein duquel se déroule le film. Loin d’apparaître superflues ou exagérément noires, ces envolées livrent donc un condensé de l’atmosphère folle qui envahit le personnage central. Une atmosphère traduite via des procédés cinématographiques employés de manière très expressive, jamais gratuite, entraînant le spectateur lui aussi dans un tourbillon abstrait et incertain. Un « grand mouvement » devenu fou.

Pour que ce qu’il peint ne tourne jamais à vide, enfin, le film sait ne pas oublier en route les corps. Ceux de ses excellents interprètes, qu’il suit dans leur lutte pour trouver leur place au sein de cette capitale très inhospitalière : avec ainsi, Elder de plus en plus souffreteux, de plus en plus soumis à des spasmes – choses réellement vécues par celui qui est à l’écran ? – et perdu dans des rues sans espoir, ou à l’inverse Max, qui essaye de ne faire qu’un avec les montagnes entourant La Paz, et prend ses quartiers sous les arbres tombés. Ce dialogue entre corps réels et visions fiévreuses suffit à rendre le film à la fois engagé et ouvert.

Pendant les Entrevues, à Belfort, Le Grand Mouvement – projeté sous la bannière de Survivance, producteur et distributeur de films, qui le sortira dans les salles françaises le 30 mars 2022 – fera l’objet d’une seconde projection, le jeudi 25 novembre à 14h15.

Visuel : affiche du Grand Mouvement

Rover « Eiskeller » : un igloo pop folk chaleureux, pastoral et raffiné  ! 
Agenda ciné du mercredi 24 Novembre 2021
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture