Cinema
Le Collectif Jeune Cinéma fête ses 40 ans au Centre Pompidou

Le Collectif Jeune Cinéma fête ses 40 ans au Centre Pompidou

04 octobre 2011 | PAR Smaranda Olcese

Première coopérative de cinéma expérimental et différent fondée en France, le Collectif Jeune Cinéma fête son quarantième anniversaire. Le Centre Pompidou saluait cet événement avec une programmation sur trois jours, véritable incursion dans un catalogue dont les trésors restent encore assez peu connus.

 

L’aventure commence en 1971 et la jeune structure prend comme modèle la mythique Film-Makers’ Cooperative, implantée dès 1962 dans le quartier bohème de Soho à New York.

Après 40 ans, cette belle histoire du cinéma différent continue. Certes, il y a eu des hauts et des bas, des moments de crise et un renouveau salutaire. De jeunes cinéastes se sont emparés de ce formidable outil et ont lancé une réflexion sur le sens des termes fondateurs – coopérative et collectif – essentiels par ces temps d’individualisme exacerbé. Car il s’agit de défendre des pratiques cinématographiques très diverses, nourries par des univers souvent très particuliers qui partagent un fort engagement artistique en marge de la Culture dominante et outrepassent les limites des genres dans des narrations éclatées, attachées à mettre en valeur l’essence même de l’image projetée, les particularités de son médium dans des durées allant de la seconde à l’infinité des boucles. Vidéos d’artistes pensées pour l’espace-temps ouvert des galeries ou œuvres cinématographiques qui prennent leur sens dans la salle de projection, interventions directes sur pellicule au moyen de grattages et autres acides ou interventions par algorithmes à la racine des fichiers binaires qui définissent l’image numérique, journaux filmés et traces de performances ou found footage, cette hybridation de pratiques est salutaire et fait signe vers la profonde fertilité qui régit la nébuleuse du cinéma expérimental. A l’heure du tout internet et de la communication version 2.0, ces pratiques pourraient paraître aller de soi, mais Le collectif jeune cinéma a su, très tôt, jouer des modes d’exposition et d’intervention, de la cave à la salle, de la galerie aux murs d’un collège, du centre hospitalier à une prison pour une séance ou un atelier.

Un catalogue de près de mille films regroupe quelques 275 réalisateurs, parmi lesquels Jonas Mekas, Maya Deren, Maguerite Duras, Stan Brakhage, qui ont ouvert des voies de liberté, ont engendré des filiations et des gestes singuliers. Le parcourir, c’est se plonger dans un pan entier de l’histoire du cinéma mondial.

Cette programmation sur trois jours au Centre Pompidou a été l’occasion de décliner quelques lignes de force de l’engagement de ces filmeurs qui vont vers l’autre et s’ouvrent au monde caméra au poing. Les intitulés des séances embrassent, de manière poétique et juste, des positions d’auteur et des partis pris formels.  Ainsi, le vendredi 23 septembre, en ouverture, la séance That 70s Show, le samedi 24 septembre, les programmes Jeux d’images, Le Corps-matière, La Fuite des photogrammes, et enfin le dimanche 25 septembre, les séances Dépaysements, Rituels, et pour finir, de manière fidèle à l’esprit du CJC, Points de vue polyphoniques.

D’autres événements ponctueront ce 40ème anniversaire. La Cinémathèque Française consacrera au mois d’octobre une soirée au travail de Frédéric Tachou, membre actif de la coopérative. Le point culminant de ces célébrations sera marqué par la 13ème édition du Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris, qui se tiendra aux Voûtes du 6 au 11 décembre prochain.

 

Youri, quèsaco ?
Sortie Hip-Hop : DJ Duke & DJ P – The Higher Forces Mixtape
Smaranda Olcese

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *